XIMA Georges, Jean, Robert [Pseudonymes dans la Résistance : Bonnefoy Gaston ; La Gazelle]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 24 décembre 1919 à Paris (XIVe arr.), fusillé après à une condamnation à mort le 6 juin 1944 à Lyon IXe arr. (Rhône) ; caviste ; FTPF-FFI.

Georges Xima
Georges Xima
SOURCE :
L’Union

Georges Xima était le fils de Charles Xima, tapissier, et de Maria Rachet, son épouse, sans profession. Son père, lieutenant à la fin de la première guerre mondiale, avait été décoré de la Croix de guerre et élevé en 1930 au grade de chevalier de la Légion d’honneur. Georges Xima avait perdu ses parents, tous deux décédés en 1933. Il était domicilié à Reims où il exerçait la profession de caviste dans la maison de champagne Piper-Heidsieck.

Réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), il rejoignit en 1943 un maquis de la Drôme et il intégra les Francs-tireurs et partisans français (FTPF) sous le nom de Robert Xima et le pseudonyme de Gaston Bonnefoy, au sein du groupe de Paul Béranger à Vachères-en-Quint.
Le 27 février 1944, il fut blessé et fait prisonnier avec 18 camarades, alors que son unité était engagée pour délivrer des réfractaires au STO et des résistants détenus dans le collège de Die (Drôme) par des GMR (Groupes mobiles de réserve) du groupe Comtat d’Avignon. Robert Xima a été hospitalisé à Valence (Drôme), puis transféré à peine guéri à la prison Saint-Paul, 33 cours Suchet à Lyon (IIe arr.).

Condamné à mort par la cour martiale du Secrétariat général au maintien de l’ordre (SGMO), Georges Xima a été fusillé le 6 juin 1944 dans les fossés du Fort de la Duchère à Lyon (IXe arr.).

Georges Xima est inhumé dans le cimetière de La Guillotière à Lyon.

L’acte de décès numéro 729, dressé le 7 juin 1944 à l’état civil du IIe arrondissement de Lyon sur la déclaration d’Aimé Seigle-Ferrand, surveillant à la prison Saint-Paul, déclare  : « Le six juin 1944 à …. heure est décédé 33 Cours Suchet Gaston BONNEFOY domicilié à Grenoble (Isère), Hôpital civil, né à Paris (14e), le vingt-quatre décembre 1919, fils de Charles Bonnefoy et de Maria Rachet ».

Dans le Rhône, Georges Xima figure sous le nom de Gaston Bonnefoy sur le Mur des fusillés du Fort de Balmont à La Duchère, monument érigé place des trente-neuf fusillés à Lyon (IXe arr.).
Dans la Marne, son nom est inscrit sur le Monument aux martyrs de la Résistance et de la Déportation de Reims.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240503, notice XIMA Georges, Jean, Robert [Pseudonymes dans la Résistance : Bonnefoy Gaston ; La Gazelle] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 27 mai 2021, dernière modification le 10 juin 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Georges Xima
Georges Xima
SOURCE :
L’Union
Le Mur des fusillés </br>du Fort de la Duchère à Lyon
Le Mur des fusillés
du Fort de la Duchère à Lyon
SOURCE : Site ruedelyon.com
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br> à Reims
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
à Reims
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : L’Union (photo), 9 mai 1946 sous le nom de Jean Xima. – La Résistance dans la Drôme et le Vercors, dvd-rom, AERD-AERI, 2007. – Capitaine Paris, Mémoire de l’ombre, 1989. – Mémorial GenWeb. – État civil, Paris XIVe arr. (acte de naissance) ; Lyon IIe arr. (acte de décès au nom de Gaston Bonnefoy).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément