CHOSSIDON Francisque, Marcel alias Gratien des Caves dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 27 mars 1911 à Aubière (Puy-de-Dôme), mort le 4 septembre 1993 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; technicien du BTP ; militant à la CGT ; volontaire de l’Espagne républicaine ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Fils d’Amable Chossidon, 27 ans, cultivateur, et de Marguerite Brugière, 21 ans, sans profession, Francisque Chossidon se maria le 1er mai 1930 à Aubière avec Louise Octavie Roch. Divorcé en décembre 1944, il épousa Virginie Giry à Clermont-Ferrand le 5 octobre 1951. Il fut technicien du BTP.
Francisque Chossidon aurait été, selon Serge Combret, au sein des Brigades internationales.
Il rejoignit la Résistance à une date qu’on ignore. Il fut homologué FFI comme membre de la formation Camp Gabriel-Péri, FTPF du Puy-de-Dôme, avec durée des services homologuées du 23 mai au 28 août 1944.
Il fut le capitaine Gratien Des Caves, Commissaire aux opérations (CO) adjoint de la 1103ème Compagnie du camp Gabriel Péri. Il prit part à la l’opération aboutissant à l’évasion de plus d’une centaine de prisonniers de la Maison d’arrêt de Riom en août 1944.
C’est lui qui découvrit les corps de 10 de ses camarades du Camp Gabriel-Péri fusillés à Dontreix (Creuse).
Il est président du comité départemental de l’amicale Front National FTPF en novembre 1972 et l’était encore en 1982. Il habitait Aubière en 1972.
Cette amicale fut vivement critiquée par la direction départementale de l’ANACR lors de sa fondation en 1978. On fit appel à plusieurs figures des FTP de la région, Maurice Montchamp, Lucien Ollier ou Philomen Mioch, Pierre Girardot, Pierre Monédière pour critiquer cette initiative considérée comme une opération de division de l’ANACR. Mais plusieurs voix se firent également entendre pour justifier cette décision au nom du fait que les FTP subissaient ici un fort ostracisme de la part de la direction de l’ANACR. Ceci entraîna le départ d’importantes figures comme Jean Bac, Alphonse Rozier, Franciques Chossidon et Roger Beligat.
Serges Combret prit la défense de Chossidon quand il fut à la tête de cette nouvelle structure, regrettant néanmoins qu’il se soit fait trompé quand il a soutenu René Beaujeu dans ses propos très critiques concernant la Libération de Thiers, propos qui entraînèrent un vif désaveu de Beaujeu et de ceux qui l’avaient soutenu.

On ignore s’il a milité politiquement. Il n’apparaît pas dans le registre des vétérans du PCF dans les années 70-80. Il a été un militant actif à la CGT du Bâtiment.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240529, notice CHOSSIDON Francisque, Marcel alias Gratien des Caves dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 19 mai 2021, dernière modification le 9 juin 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD GR 16 P 129716, dossier Francisque Chossidon (nc). — SHD Vincennes, ; dossier 19 P 63/5 : camp Gabriel Péri. — Lettre de Francique Chossidon Philomen Mioch, 12 mai 1972, Copie transmise par Rose Blin-Mioch. — Lettre de Serge Combret à Philomen Mioch, 22 avril 1980. — La Montagne, 13 juin 1968 et 24 novembre 1972 — Lettre de Julien Coner, 21 juin 1982. — Jean Sanitas, Un jour et une nuit, Editeurs français réunis, 1969, 282 p. — Mail de Maurice Vigier le 21 mai 2021. — État civil Aubière (en ligne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément