LAMOUROUX Joseph, Augustin

Par Eric Panthou

Né le 5 mars 1909 à Beaucaire (Gard), mort le 9 février 1997 à Arles (Bouches-du-Rhône) ; ouvrier cimentier ; militant au Parti communiste (PCF) ; évadé de prison ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) ; militant CGT.

Avis de recherche suite à son évasion d’octobre 1943 du Puy

Fils de jean Louis Lamouroux, 44 ans, chartier, et de Marie Pauline Gleize,44 ans, sans profession, Joseph Lamouroux se maria le 8 février 1930 à Beaucaire avec Pauline Jeanne Gabriel. Il habitait en 1941 1 rue de la Révolution à Beaucaire où il exerçait le métier de chauffeur.
Militant communiste depuis une date qu’on ignore, il fut arrêté et condamné le 28 août 1942 à 5 ans de travaux forcés pour activité communiste par le tribunal militaire de la 16ème région militaire, siégeant à Montpellier.
Il est probable qu’il ait été, comme beaucoup de ses camarades avec qui il s’évada un an plus tard de la prison du Puy, d’abord emprisonné à Lodève puis au camp de Mauzac (Dordogne).

Le 25 avril 1943, 26 prisonniers condamnés pour « menées communistes » par les tribunaux de Vichy s’évadèrent de la prison du Puy-en-Velay. La liste des 7 cellules de quatre devant être ouvertes avait été fixée par le triangle de direction. Joseph Lamouroux fit partie des évadés. 16 parmi eux furent rapidement repris, notamment Joseph Lamouroux qui fut remis en cellule au Puy avec Franck Rouraute, Robert Imbert et Michel Navarro.
Il s’évada de nouveau de cette prison le 1er octobre 1943 avec 79 autres prisonniers. Il fut acheminé avec 14 autres évadés par camionnette au camp FTP Gabriel-Péri à Cacherat d’Espinasse dans les Combrailles du Puy-de-Dôme, par Pierre Marion et Charles Jouan. Il est envoyé ici avec notamment Jean Burles, Clovis Chirin, Franc Roucaute, Philomen Mioch, Oscar Vannini, Camille Elzière, tous les 6 évadés du 25 avril 1943 et repris.
Il devint alors membre du camp FTP Gabriel Péri avec durée des services homologuées du 10 octobre 1943 au 28 août 1944.
Après-guerre il fut salarié des Ciments Français. Toujours militant communiste, il continua d’être membre de la cellule d’entreprise après sa retraite au début des années 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240552, notice LAMOUROUX Joseph, Augustin par Eric Panthou, version mise en ligne le 22 mai 2021, dernière modification le 3 juin 2021.

Par Eric Panthou

Avis de recherche suite à son évasion d’octobre 1943 du Puy

SOURCES : SHD Vincennes, 19 P 63/5 : dossier homologation camp FTP Guy Moquet comme unité combattante. — Ministère de l’Intérieur, Direction générale de la police nationale. État Français. Circulaire n°40/43 U du 3/10/1943. — Lettre de Joseph Lamouroux à Philomen Mioch, 24 novembre 1973. Copie transmise par Rose Blin-Mioch. — État civil Beaucaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément