VANNINI Oscar

Par Eric Panthou

Né le 21 août 1894 à Terricciola (Italie), mort vers 1972 dans la région de Beaucaire (Gard) ouvrier agricole ; militant anarchiste puis du Parti communiste en Italie puis en France ; volontaire de l’Espagne républicaine ; condamné à 10 ans de travaux forcés pour propagande communiste ; évadé de la prison du Puy ; résistant.

Avis de recherche pour Oscar Vannini suite à son évasion du 1er octobre 1943.

Fils de Nicodemo Vannini et Amabilia Campagni Oscar Vannini est né dans la région de Pise (Toscane, Italie). Il se rapprocha des idéaux anarchistes dès son plus jeune âge. Pendant la Première Guerre mondiale, il fut affecté au 75e régiment d’infanterie. Il fut capturé par les Autrichiens et resta en captivité les les cinq derniers mois de la guerre. Il a été libéré avec le grade de caporal le 12 septembre 1919. Dans la période d’après-guerre, il milita en professant des idées ouvertement subversives et fut membre de la section communiste de Terricciola. Il épousa le 20 février 1922, Carle Angela Petronilla, âgée de 22 ans.
Il se réfugia en France en 1922 pour échapper aux représailles fascistes, s’installant à Beaucaire (Gard). C’est là que naquit sa fille Yvette en octobre 1922. Il fut recherché par la police en France dès son installation en France.
Il fut volontaire de l’Espagne républicaine en 1936 et il prit un congé en décembre 1937 pour revenir en France. Il retourna dans la péninsule ibérique en janvier 1938 et participa aux combats sur les fronts d’Estrémadure et d’Aragon avec le III bataillon de la XII brigade internationale « Garibaldi Battalion » jusqu’au 12 septembre, date à laquelle il revint définitivement en France après avoir été blessé en Estrémadure. Il habita 16 rue Molière à Beaucaire où il était journalier agricole.
Il fut arrêté sans doute début 1942 pour activité communiste et condamné le 22 juillet 1942 à dix ans de travaux forcés par le tribunal militaire (section spéciale) de la 15ème Région militaire de Marseille. Il avait été arrêté après une enquête concernant des distributions de tracts communistes dans le secteur d’Arles et de Beaucaire par des militants communistes italiens. Le même jour que lui furent ainsi condamnés Vasco Corsi (perpétuité), Salvatore Moro (20 ans de travaux forcés), Bruno Dall’Oppio (5 ans de prison).
Il est probable qu’il ait été, comme beaucoup de ses camarades avec qui il s’évada un an plus tard de la prison du Puy, d’abord emprisonné à Lodève puis au camp de Mauzac (Dordogne). Les militants communistes s’organisèrent dans chacune de ses prisons, assurant la solidarité mais aussi la formation politique des militants par des cadres comme François et Philomen Mioch puis Jean Burles.
Le 25 avril 1943, 26 prisonniers condamnés pour « menées communistes » par les tribunaux de Vichy s’évadèrent de la prison du Puy-en-Velay. La liste des 7 cellules de quatre devant être ouvertes avait été fixée par le triangle de direction. Oscar Vannini fit partie des évadés. 16 parmi eux furent rapidement repris, notamment Oscar Vannini qui fut remis en cellule au Puy.
Il s’évada de nouveau de cette prison le 1er octobre 1943 avec 79 autres prisonniers. Il fut acheminé avec 14 autres évadés par camionnette au camp FTP Gabriel-Péri à Cacherat d’Espinasse dans les Combrailles du Puy-de-Dôme, par Pierre Marion et Charles Jouan. Il est envoyé ici avec notamment Jean Burles, Clovis Chirin, Franc Roucaute, Philomen Mioch, Joseph Lamouroux, Camille Elzière, tous les 6 évadés du 25 avril 1943 et repris.

Il fut homologué membre de la Résistance intérieure française (RIF), membre du Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France (FN). Contrairement à la quasi totalité de ses camarades évadés et ayant rejoint le camp Gabriel Péri, il ne figure pas sur la liste des membres du camp.

Il est mort vers 1974 d’un cancer de la gorge. Il habitait sans doute le secteur de Beaucaire (Gard) et était resté proche de Joseph Lamouroux, un camarade de prison au Puy avec lequel il s’était évadé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240563, notice VANNINI Oscar par Eric Panthou, version mise en ligne le 23 mai 2021, dernière modification le 25 mai 2021.

Par Eric Panthou

Avis de recherche pour Oscar Vannini suite à son évasion du 1er octobre 1943.

SOURCES : La Spagna nel nostro cuore 1936-1939. Tre anni di storia da non dimenticare, Milano, AICVAS, 1996, p. 479 ; Antifascisti nel casellario politico centrale, quaderno n.18, Roma, Quaderni dell’ANPPIA, p. 377 ; Ora e sempre Resistenza. Testimonianze dei protagonisti e documenti, Provincia di Pisa, ANPI, p. 43. — SHD Vincennes, GR 16 P 585611, dossier résistant pour Oscar Vannini (nc). — Archivio Centrale dello Stato, Casellario Politico Centrale (CPC), busta 5318 (non consulté). — "Des communistes sévèrement condamnés par la section spéciale", Le Petit Provençal, 24 juillet 1942. — Notice Oscar Vannini, par Franco Bertollluci. Biblioteca Franco Serantini en ligne. — AN Fichier central de la sûreté nationale. 19940482/30. Dossier Oscar Vannini (nc). — Ministère de l’Intérieur, Direction générale de la police nationale. Etat Français. Circulaire n°40/43 U du 3/10/1943. — [https://nordestllibertari.blogspot.com/2020/08/oscar-vannini.html]. — Lettre de Joseph Lamouroux à Philomen Mioch, 24 novembre 1973. Copie transmise par Rose Blin-Mioch. — Notice Oscar Vannini. Site de l’Associazione Italiana Combattenti Volontari Antifascisti di Spagna. — Notice biographique Paul Maraval. — Généanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément