TAILLEPIED Emile, Edouard

Par Andre Delestre

Né le 19 mai 1903 à Caen (Calvados), mort le 21 février 1944 à Dora (Allemagne) ; mécanicien ; résistant FTP ; maquis de Barneville-sur-Seine (Eure), le 24 août 1943 ; déporté ; mort pour la France ;

Domicilié au, 224 avenue Jean Jaurès à Petit-Quevilly, Émile Taillepied se maria le 12 décembre 1925 avec Lucienne André, à couvalon et fut père d’un enfant. Artisan mécanicien à Petit-Quevilly (Seine-Maritime, Seine-Inférieure), il entra en résistance sous le pseudo « Gustave » et eut le matricule chez les FTP n°1905. Il resta en liaison avec son déartement d’origine. Membre du parti communiste clandestin, cellule Fleury-sur-Orne, banlieue de Caen, il distribuait Le calvados libre et participait à des tentatives de sabotage.
Arrêté le 24 mars 1943, identifié comme membre de l’organisation FTP, il fut interné à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen puis transféré à Compiègne. Le 28 octobre 1943, il partit avec 933 autres prisonniers pour le camp de concentration de Buchenwald (Allemagne), atteint le 30 octobre. Au terme d’une période de quarantaine, Émile Taillepied, devenu le matricule 31241, fut transféré le 21 novembre au camp de Dora surnommé l’Enfer de Dora où il mourut le 21 février 1944.
Mention Mort pour la France

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240586, notice TAILLEPIED Emile, Edouard par Andre Delestre, version mise en ligne le 7 juin 2021, dernière modification le 7 juin 2021.

Par Andre Delestre

SOURCES : Archives départementales de Seine-Maritime, 54 w 5326.— Michel Croguennec 1943, le maquis de Barneville Editions l’Echo des Vagues. _—Laurent Thiéry, Le livre des 9000 déportés de Dora, op. cit., p. 2150.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément