POULTIER Jeanne, née LETEURTRE Jeanne, Marthe

Par Andre Delestre

Née le 19 juillet 1907 à Doudeville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), morte le 19 mars 1986 à Barentin (Seine-Maritime) ; ouvrière d’usine ; communiste ; résistante FTP, dans le groupe Lorraine ; maquis de Barneville-sur-Seine (Eure), le 24 août 1943 ; déportée

Ouvrière d’usine, Jeanne Poultier habita 7 rue du Chanvre à Barentin (Seine-Inférieure, Seine-Maritime).
Militante communiste, elle rejoignit le Front national le 22 juin 1941. Réfugiée dans l’illégalité à partir du 5 mai 1942, elle fut condamnée par contumace le 14 avril 1943 par la section spéciale de la cour d’appel de Rouen à 10 ans de travaux forcés et 10 ans d’interdiction de séjour pour activités communistes.
Dans la Résistance, Jeanne Poultier pseudo « Irène » assura la liaison avec les groupes de FTP en particulier le groupe Lorraine et le ravitaillement. Sa mission consista en particulier à diffuser ordres et plis auprès des membres des équipes combattantes et à maintenir les relations avec leurs chefs. Elle fut également chargée de la répartition du matériel clandestin de propagande antinazie (tracts, périodiques, appels et autres publications), d’ou de nombreux déplacements dans le département de la Seine-Inférieure comportant de graves risques. Sa participation à la lutte contre l’occupant se traduisit par de fréquents voyages vers Paris et Chartres afin d’assurer des missions de liaisons et de convoyage de colis d’imprimés clandestins.
Le 21 octobre 1943, Jeanne Poultier qui vivait dans la clandestinité trouva un hébergement à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Inférieure, Seine-Maritime). À la suite d’une dénonciation, elle fut arrêtée le 29 octobre 1943 à son domicile par l’inspecteur Alie accompagné de trois policiers allemands. Internée du 29 octobre 1943 au 27 janvier 1944 dans les geôles du palais de justice de Rouen situées le long de la rue de Saint-Lô, sous la salle des assises, puis au camp de Royallieu Compiègne (Oise). Le 3 février, elle fut envoyée en déportation au camp de Ravensbrück (Allemagne). Puis du 16 juin 1944 au 7 mai 1945, elle séjourna au camp de Zwodau où elle fut libérée par l’armée américaine, puis rapatriée.
Homologuée au titre de la Résistance intérieure française (RIF), le titre de déportée résistante lui fut attribué le 21 septembre 1953.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240588, notice POULTIER Jeanne, née LETEURTRE Jeanne, Marthe par Andre Delestre, version mise en ligne le 28 mai 2021, dernière modification le 28 mai 2021.

Par Andre Delestre

SOURCES : Direction des archives des victimes des conflits contemporains 21 P 650 587, "1943, le maquis de Barneville" par Michel Croguennec aux Éditions l’Écho des vagues.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément