GIRARD Louis, Germain

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 2 octobre 1920 à Lure (Haute-Saône), guillotiné suite à une condamnation à mort le 18 décembre 1944 à Brandebourg an der Havel (Allemagne) ; cheminot ; résistant.

Louis Girard était le fils d’Albert, cheminot et de Germaine Chauvelot, brodeuse. Il était célibataire et demeurait chez ses parents, rue du Docteur-Deubel, à Lure. Il exerçait le métier de cantonnier auxiliaire à la SNCF. Le 6 janvier 1943, il fut détaché auprès de la Deutsche Reichsbahn comme chauffeur de locomotive à la gare de Braunschweig (Brunswick) où il retrouva Lucien Cunin. Avec lui, il se livra à une intense propagande antiallemande, incitant ses camarades à cesser le travail et à s’enfuir et allant jusqu’à commettre des actes de sabotage en gare. Le 6 juin 1944, il manifesta sa joie en brandissant un drapeau français et en criant « Vive la France. On les aura ! ». À la suite d’une dénonciation, les deux hommes furent arrêtés le 24 juin 1944 et incarcérés. Ils furent jugés et condamnés à mort par le Kammergericht (Chambre d’appel) de Berlin venu siéger à Brunswick (Basse-Saxe), à plus de 200 km, et condamnés à mort le 15 novembre 1944 pour aide à l’ennemi. Peu après, ils furent transférés à la prison de Wolfenbüttel puis à celle de Brandebourg-Görden pour y être exécutés. Louis Girard fut guillotiné le 18 décembre 1944 à 12h04.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 17 juin 1947 et le titre de "Déporté politique" le 19 mai 1953.
Son nom figure sur le monument de la Libération, à Besançon (Doubs), sur le monument aux morts, le Mémorial et la plaque commémorative de la SNCF, en gare, à Lure et sur le Mémorial de la Résistance, à Vesoul (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240618, notice GIRARD Louis, Germain par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 29 mai 2021, dernière modification le 30 mai 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Arnaud Boulligny dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017. — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément