FABRE Robert-Félix

Par Olivier Dedieu

Né le 17 mars 1920 à Frontignan (Hérault)mort le 2 décembre 1909 à Montpellier (Hérault) ; employé à la Sécurité sociale ; syndicaliste CGT puis FO et militant socialiste SFIO puis UDF de l’Hérault, secrétaire de la section socialiste de Montpellier (Hérault) ; maire de Pérols (Hérault) de 1971 à 1989, député UDF (1978-1981).

[Assemblée nationale, Notices et portraits, 1978]

Robert-Félix Fabre était le petit-fils de Victor Anthérieu, maire radical et conseiller général de Frontignan avant-guerre. Durant sa jeunesse, il perdit sa mère. Son père étant agent général de la maison de négoce Anthérieu à Paris, Il fut élevé, avant-guerre, par Eugène Orsetti, gérant de cette société et militant socialiste. Bachelier, Robert-Félix Fabre participa à la Résistance à Montpellier. Membre d’un réseau, il fut démasqué et quitta la France par les Pyrénées. Il rejoignit le Maroc et intégra Combat en septembre 1943. Engagé dans les forces françaises combattantes, il participa au débarquement en Provence. De retour à Montpellier, Robert-Félix Fabre entra, grâce à un membre de sa famille, comme employé à la caisse primaire de sécurité sociale de Montpellier-Lodève. Membre de la CGT, il adhéra à l’Union des gaullistes de René Capitant qui intégra plus tard le RPF. Lors de la création de la CGT-FO, il fonda ce syndicat à la caisse primaire et en devint un militant actif. En 1957, Robert-Félix Fabre fut élu membre de la commission exécutive de l’Union départementale FO, administrateur de l’ASSEDIC puis plus tard secrétaire du comité d’entreprise de la CPAM. Devenu secrétaire adjoint de l’union départementale en 1960, il fut un temps pressenti pour prendre la direction de l’Union départementale, mais quitta ses fonctions syndicales quand il commença à prendre des responsabilités au sein de la SFIO.

Par l’entremise de Jean Léon, président de la CPAM, Robert-Félix Fabre adhéra à la SFIO en 1955. Deux ans plus tard, il devint l’un des rédacteurs du journal fédéral, puis, l’année suivante, secrétaire adjoint de la section de Montpellier. Il figura sur la liste socialiste lors des élections municipales de 1959. La même année, son activisme syndical fit qu’il fut sollicité pour créer et diriger la fédération départementale des groupes socialistes d’entreprise. Militant actif, Robert-Félix Fabre n’hésita pas à faire le coup-de-poing face aux communistes. Durant cette même période, il organisa, avec quelques militants de la section de Montpellier des plasticages anti-OAS à l’époque où Montpellier était l’une des villes les plus plastiquées de France.

Rédacteur principal à la CPAM de Montpellier-Lodève, puis chef du contentieux de l’URSSAFF, Robert-Félix Fabre fut poussé par Jean Péridier* pour prendre la direction de la section de Montpellier. En 1961, sa candidature fut repoussée par la vieille garde SFIO qui le trouvait trop jeune. Au niveau fédéral, il intégra la commission administrative fédérale, puis le bureau fédéral en 1966. Il fut parallèlement membre du comité exécutif de la FGDS.

Secrétaire de la section de Montpellier, proche de la ligne défendue par Gaston Defferre, Robert-Félix Fabre quitta le Parti socialiste après 1969, étant en désaccord de plus en plus marqué avec le rapprochement socialo-communiste. Proche du maire de Pérols qu’il avait connu dans le cadre de ses fonctions à l’URSSAFF, il se vit proposer la tête de liste dans cette commune aux municipales de 1971. Il fut élu maire sans étiquette puis se rapprocha progressivement de la droite. S’étant dans un premier temps tourné vers les gaullistes, Robert-Félix Fabre adhéra finalement en 1973 aux Républicains indépendants par l’entremise de Jacques Giret, maire de Palavas-Les-Flots. Durant cette période, il fit adhérer sa commune au district de Montpellier et fonda l’Association nationale des élus du littoral (ANEL) dont il devint le vice-président national. En 1978, François Delmas, maire de Montpellier, lui proposa d’être son suppléant, sûrement sur les conseils de son parent, Henri Grillon, condisciple de Fabre au lycée de Montpellier. Après la nomination gouvernementale de François Delmas, Robert-Félix Fabre devint député le 7 mai 1978 et le resta jusqu’au renouvellement de 1981. En 1985, il fut battu à l’investiture aux cantonales par Michel Vaillat, maire de Lattes. En 1989, suite aux dissensions au sein de son conseil municipal, il décida de ne pas se représenter aux municipales et se retira de la vie politique.

Au-delà de ses engagements politiques et syndicaux, Robert-Félix Fabre fut aussi un franc-maçon actif. Membre de la loge Auguste Comte de la Grande Loge de France, il en devint vénérable avant d’essaimer une nouvelle loge. Il fut aussi membre de la Ligue des droits de l’Homme et administrateur de la Fédération des œuvres laïques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24064, notice FABRE Robert-Félix par Olivier Dedieu, version mise en ligne le 1er janvier 2009, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Olivier Dedieu

[Assemblée nationale, Notices et portraits, 1978]

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 541 W 55. 376 W 64, 506 W 342. — Arch. fondation Jean Jaurès, fonds Pierre Mauroy. — Arch. OURS, 2 APO 13. — Combat socialiste 45-80. — Nouveau Sud. — Midi Libre. — Entretien avec Robert-Félix Fabre. — Site de l’INSEE.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément