MULLER Aloïse, Eugène

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 17 mai 1920 à Walbourg (Alsace-Moselle annexée), guillotiné suite à une condamnation à mort le 22 décembre 1943 à Stuttgart (Allemagne) ; cheminot ; résistant.

Aloïse Muller était le fils d’Aloïse, maître soudeur et de Marie Heim. Le 18 juin 1939, il s’engagea pour une durée de trois ans au 74e régiment d’artillerie à Verdun. Il reçut une citation à l’ordre du régiment avec attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze le 30 juin 1940. Il fut démobilisé en février 1941 avec le grade de brigadier-chef en tant qu’Alsacien et rentra chez lui, à Walbourg. Il travailla quelques semaines en gare comme aiguilleur puis en mai, il fut muté par l’administration allemande à la gare de Mannheim. Il entretint alors une correspondance avec un camarade d’école incorporé dans la Wehrmacht. Il n’hésitait pas à exprimer dans ses courriers ses sentiments francophiles et antinazis. Dans une de ses lettres, il se réjouissait de voir l’Italie s’effondrer et les alliés progresser et à l’encontre des Allemands, il s’exprimait ainsi : « Nous serons donc bientôt débarrassés de cette sale race ! » La lettre fut malheureusement interceptée par la censure et il fut arrêté le 19 mai 1943 et écroué. Le 1er novembre 1943, il quitta la prison de Mannheim pour Strasbourg où il fut traduit le lendemain devant le Volksgerichtshof qui le condamna à mort pour « intention de haute trahison ». Il fut transféré le 15 novembre à la prison de Stuttgart et guillotiné le 22 décembre 1943 à 5h06.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 6 février 1948 et le titre de "Déporté politique" attribué le 28 octobre 1954. Il reçut à titre posthume la Médaille de la Résistance par décret du 31/03/1947 publié au JO du 29/01/1948.
Son nom figure avec le prénom Eugène sur la plaque commémorative de la gare, à Mulhouse (Haut-Rhin).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240641, notice MULLER Aloïse, Eugène par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 30 mai 2021, dernière modification le 30 mai 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossier SHD Vincennes GR 16 P 436799 (nc).— Arnaud Boulligny dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017, page 1080.— Mémoire des Hommes— Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément