MESLI Abdelkader

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 1er septembre 1902 Khemis (Algérie), mort le 21 juin 1961, imam, résistant.

Aldelkader Mesli est né en 1902 à Khemis, dans la commue mixte de Marnia près d’Oran.
A 17 ans, après la Première Guerre mondiale, Mesli partit pour l’Europe. Il fit différents métiers (docker, charpentier, employé des mines) en France (Marseille, Paris) et en Belgique.
Au début des années trente, il fut nommé imam de la Mosquée de Paris. Cette charge étant bénévole, il travaillait comme commercial.
Au début de l’occupation, la Mosquée de Paris porta secours aux pourchassés, soldats évadés, résistants et juifs, et Mesli participa à ces actions. Les autorités soupçonnant la Mosquée d’être un lieu de résistance, le recteur Kaddour Benghabrit (1868-1954) envoya Mesli à Bordeaux fin 1942, comme délégué de la Mosquée de Paris pour le sud-ouest.
A Bordeaux, Mesli fut contacté en février 1943 par l’Organisation de la résistance armée (ORA) (groupe Jouhaud) pour succéder Mohamed Taleb, qui venait d’être arrêté. Ce dernier s’occupait de fournir des faux papiers et un hébergement aux soldats africains qui s’étaient échappés des camps de prisonnier et d’internement.
Mesli fut arrêté à son tour à Bordeaux le 5 juillet 1944. Il fut détenu au Fort du hâ. Il fut déporté le 9 août 1944 dans le convoi parti de Toulouse le 3 juillet 1944 pour Dachau, puis à Mauthausen (camps de Melk, kommando Schaubau, puis Ebensee). Il fut libéré le 5 mai 1945 et rapatrié le 23 mai.
Il revint à la Mosquée de Paris. En 1952, il devint imam à Bobigny et fut proposé au cimetière musulman de la ville.
Il se maria en 1950 et deux enfants, une fille et un fils.
Il a été fait officier du Ouissam Alaouite.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240643, notice MESLI Abdelkader par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 29 mai 2021, dernière modification le 29 mai 2021.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : SHD GR 16 P 413342. – Nadjia Bouzeghrane. “Abdelkader Mesli, de la Mosquée de Paris aux camps de concentration”, El Watan, 6 avril 1921. – Raphaël de Bengy. « Mohamed Mesli : Mon père : l’imam sauver de juifs », Le Parisien, 18 février 2015.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément