CHABENAT Robert, Jean, Silvain

Par Michel Gorand

Né le 1er octobre 1914 à Ardentes (Indre), mort le 13 octobre 1989 à Neuvy-Saint-Sépulchre (Indre) ; fonctionnaire ; résistant « Libération ». FFC ; capitaine FFI.

Fils de Jules Chabenat et de Clémence, Louise Plard. Robert Chabenat qui avait démissionné de son poste de Commissaire de police à Cholet pour n’avoir pas prêté serment au Maréchal, devenait en 1941 fonctionnaire auxiliaire de l’Office du Blé à Châteauroux (Indre) puis l’adjoint de Robert Monestier qui en était le Secrétaire départemental. En été 1942, Robert Chabenat entra en résistance dans le groupe « Libération-Sud » que dirigeait aussi Robert ; Chabenat coordonnait l’action entre les dirigeants départementaux de « Libération » et réceptionnait les colis et les consignes en provenance du niveau régional de « Libération » à Limoges (la R5). Après la mise en place des MUR. (Mouvements unis de la Résistance), dans l’Indre en janvier 1943, il fut également chargé de la coordination entre les différentes branches du mouvement et continuait à recevoir les consignes et journaux clandestins de la R5 ; il participait aussi à la réception des armes et du matériel. Il fit partie du service NAP (Noyautage des administrations publiques) ; en 1943 il eut aussi le contact avec le responsable du MOF (Mouvement ouvrier français) qui rassemblait les syndicalistes CGT et CFTC de la Résistance pour préparer le CDL (Comité départemental de Libération). Fin 1943, pour la mise en place de l’AS (Armée Secrète) Chabenat eut à superviser le sous-secteur de Neuvy-Saint-Sépulchre (Indre) où il fut en liaison avec Charbonnier ; il participa, début décembre, à la rencontre entre Monestier et le Capitaine Robert Vollet , nouvellement chargé de la formation des Cadres des maquis de l’AS. A partir de début février 1944 Chabenat devint agent P2 et fut en contact permanent avec le SOE (Service Secret anglais), réseau « Stationer ». En mai 1944 il était recherché par la Gestapo qui vint le réclamer à l’Office du Blé le 28 mai : il put échapper à ce coup de filet et entra alors dans la clandestinité ; il reprit contact avec le maquis AS de Neuvy-Saint-Sépulchre le 6 juin et fut affecté, comme Capitaine à l’État-Major du 2e bataillon du Groupe Indre-Est (GIE) des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) ; il fut homologué Forces françaises Combattantes (FFC) et FFI dossier GR 16 P n° 115 849. Après la Libération, il termina sa carrière de fonctionnaire comme Chargé de Mission au Ministère.
En 1974 il siégeait au bureau de l’ANACR (Association des Anciens combattants et Amis de la Résistance) de Neuvy-Saint-Sépulchre. Retraité, il mourut, à son domicile, le 13 octobre 1989, au 29 ter Avenue Thabaud Boislareine à Neuvy-Saint-Sépulchre. Marié à Yvonne Villette.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240806, notice CHABENAT Robert, Jean, Silvain par Michel Gorand, version mise en ligne le 6 juin 2021, dernière modification le 6 juin 2021.

Par Michel Gorand

SOURCES : n°18 du registre des décès de Neuvy-Saint-Sépulchre. SHD-GR 19P36-012. Mémoire d’une Époque-Indre 1940-1944 de Michel Jouanneau-1995-Badel-Châteauroux. ANUMLY.net Résistance.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément