Cimetière de Rillieux [massacre de sept Juifs au cimetière de Rillieux] 29 juin 1944

Par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy

Massacre de sept personnes juives le 29 juin 1944 par la Milice lyonnaise commandée alors par Paul Touvier. Cimetière de Rillieux (alors dans l’Ain, puis dans le Rhône à partir de 1968), aujourd’hui Rillieux-la-Pape (Rhône) depuis la fusion de 1972.

Le mémorial devant le cimetière de Rillieux : chaque pilier représente un otage exécuté.

Le 28 juin 1944, Philippe Henriot, ministre de Vichy, est abattu par des résistants à Paris.

Le jour même, comme mesure de rétorsion, de nombreux otages sont arrêtés à Lyon dont sept Juifs qui furent détenus au siège de la Milice lyonnaise, impasse Catelin. Ils furent emmenés au petit matin au cimetière de Rillieux où ils furent abattus. Les sept victimes sont :

Paul Touvier, seul Français à être condamné pour complicité de crimes contre l’Humanité, l’a justement été pour ce crime (l’assassinat de Victor Basch et de son épouse n’ayant par exemple pas été retenu).

Un mémorial se trouve le long du mur du cimetière où les otages furent exécutées.

Une plaque commémorative apposée à Rillieux fut vandalisée en 1994 ; réparée, elle se trouve depuis au centre d’histoire de la résistance et de la déportation (CHRD) à Lyon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240827, notice Cimetière de Rillieux [massacre de sept Juifs au cimetière de Rillieux] 29 juin 1944 par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 juin 2021, dernière modification le 7 juin 2021.

Par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy

Le mémorial devant le cimetière de Rillieux : chaque pilier représente un otage exécuté.
Plaque commémorative, vandalisée en 1994, à présent au CHRD de Lyon.

SOURCES : — Dominique Missika, Petit Louis : Histoire d’un héros de la résistance, Paris, Hachette, 2002, 245 p. — Murielle Bellet, L’inconnu de Rillieux, Paris, Plon, 2002, 208 p. — Rapport 814 du 4 novembre 1944 de la gendarmerie de Sathonay in Le livre noir des crimes Nazis dans l’Ain pendant l’Occupation, Les éditions du Bastion, p. 71.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément