MALFOIS Noël, Médard

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 8 juin 1900 à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais), massacré le 27 avril 1945 à Godów (Allemagne, aujourd’hui Pologne) ; cheminot ; victime civile.

Noël Malfois était le fils d’Auguste, mécanicien au chemin de fer et de Eugénie Benoite Augustine Agneray, ménagère. Il effectua son service militaire comme quartier-maître mécanicien aux équipages de la flotte du 27 août 1918 au 28 août 1921. Il était marié et père de trois enfants et domicilié 68 rue Voltaire, à Calais. Il entra au chemin de fer le 1er mai 1937 et devint ouvrier ajusteur au au service de la Traction SNCF au dépôt de Calais. Il fut arrêté le 30 septembre 1943 au retour d’une visite à sa fille à Amiens, dans le train 15 entre Amiens et Calais. Au cours d’une discussion avec des civils allemands, il aurait tenu des propos antiallemands et fut remis à la Feldgendarmerie à Rue. puis conduit à la prison d’Abbeville. Le 5 octobre, il fut interné à l’hospice Dumont, à Abbeville et transféré le 23 novembre 1943 à la prison d’Amiens puis en décembre au camp de Compiègne. L’intervention du Préfet du Pas-de-Calais auprès des autorités militaires de l’OFK 670 de Lille pour sa libération n’eut pas d’effet. Il fut déporté le 14 décembre 1943 vers le camp de Buchenwald-Weimar (Matricule 38013). Il fut mis au Block 17 et affecté au Kommando de Schönbeck jusqu’à l’évacuation en avril 1945. Au cours d’une marche de la mort, les déportés furent rassemblés dans une grange pour passer la nuit à Godow dans le secteur de Wistock (Silésie). Alors que Noël Malfois était couché, une sentinelle SS visa une pomme de terre posée sur le rebord en ciment des fondations de la grange. Il tira et la balle traversa le bois, blessant mortellement Noël Malfois à l’artère fémorale. Il succomba dix minutes plus tard le 27 avril 1945. Les SS firent enlever le corps avant que la colonne ne reparte le lendemain matin.
Il obtint la mention « Mort pour la France » par lettre du ministère des Anciens combattants du 17 juillet 1946 transcrite à Saint-Pol le 23 août 1946 et la mention « Mort en déportation » par arrêté du 09/08/1994. Il est cité dans le "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. Tome 1 (I.161) page 1312.
Son nom figure sur le monument commémoratif de la SNCF en gare, à Calais et le monument commémoratif place du Souvenir, à Coulogne (Pas-de-Calais).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240840, notice MALFOIS Noël, Médard par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 8 juin 2021, dernière modification le 8 juin 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Laurent Thiery dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris 1917.— Mémorial genweb.— État civil (acte de naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément