CANDÈS ou CANDE Gaston, Étienne, Barthélémy

Par Dominique Tantin

Né le 21 octobre 1924 à Altillac (Corrèze), mort en action le 31 juillet 1944 à Albussac (Corrèze) ; résistant de l’Armée secrète (AS).

Gaston Candès était le fils d’Eugène et de son épouse née Lavastroux.
Le 15 juillet 1944, il rejoignit la 10e compagnie de l’AS de Corrèze et fut tué au combat le 31 juillet à Albussac avec quatre autres résistants lors de l’attaque d’une colonne allemande à une vingtaine de kilomètres à l’est de Brive-la-Gaillarde sur la route Brive-Aurillac (auj. D 921). La colonne dut faire demi-tour. Il y eut aussi 17 blessés parmi les maquisards et cinq prisonniers blessés et achevés par les Allemands (dossier AS, GR 19 p 19).
Gaston Candès fut homologué FFI et obtint la mention Mort pour la France. Son nom est inscrit sur des plaques et monuments dans sa commune natale.
Les cinq noms sont inscrits sur le Mémorial des Martyrs de la Résistance tombés le 31 juillet érigé dans la commune voisine d’Albussac en bordure de la RD 921 avec l’inscription : « Aux Martyrs de la Résistance qui tombèrent au combat du 31 Juillet 1944. Les Rescapés du 31 Juillet 1944 à leurs camarades tués au combat. »


Voir Albussac (Corrèze), 31 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240859, notice CANDÈS ou CANDE Gaston, Étienne, Barthélémy par Dominique Tantin , version mise en ligne le 9 juin 2021, dernière modification le 9 juin 2021.

Par Dominique Tantin

SOURCES : SHD, AVCC, Caen, AC 21 P 37665 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 103959 (nc) et GR 19 P 19, AS : État-major départemental / AS : Basse Corrèze et Brigade. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément