FABRIS Jean, Eugène, Louis

Par Jean-Luc Marquer

Né le 26 décembre 1926 à Lyon, IIe arr. (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon), mort au combat le 28 août 1944 à Saint-Bonnet-de-Mure (Isère, aujourd’hui Rhône) ; profession inconnue ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’intérieur (F.F.I.).

Jean, Eugène, Louis Fabris était le fils de Luigi Fabris et Marie, Juliette, Anne Berger, son épouse.
Célibataire, il habitait Cité de Boussieu à Nivolas-Vermelle (Isère).
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs du secteur 7 de l’AS-Isère.
Il fut tué lors des terribles combats qui eurent lieu le 28 août 1944 à l’Est de Lyon, sur les communes contigües de Saint-Laurent-de-Mure et Saint-Bonnet-de-Mure (Isère, aujourd’hui Rhône).
Eugène Fabris obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’intérieur. Ses services sont homologués à partir du 10 décembre 1943.
Il est enterré dans le cimetière communal de Nivolas-Vermelle.
Son nom figure sur la stèle F.F.I. de Saint-Bonnet-de-Mure, sur le monument aux morts de Nivolas-Vermelle, et sur celui de Bourgoin-Jallieu (Isère) : « Les résistants du secteur 7 à leurs camarades... ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240886, notice FABRIS Jean, Eugène, Louis par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 9 juin 2021, dernière modification le 12 juin 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 214137 (nc) ; GR 19 P 38/14. — AVCC, Caen, AC 21 P 181279 (nc). — Mémorial GenWeb.— Mémoire des hommes. — Geneanet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément