LAURENT Ernest [Nièvre]

Par Michaël Boudard

Né le 23 décembre 1866 à Patinges, aujourd’hui Torteron (Cher), mort le 22 juillet 1895 à Paris (IIIe arrondissement) ; ouvrier ferblantier ; militant syndicaliste ; conseiller municipal de Nevers (1892-1894).

Fils d’un éclusier, Ernest Laurent était un ouvrier ferblantier à Nevers comme son frère Eugène (116365) lorsqu’il partit effectuer son service militaire (1887-1890). À son retour, il s’impliqua dans le mouvement boulangiste auprès de Gaston Laporte, député radical de la première circonscription de Nevers depuis 1881, soutien du général Boulanger à partir de 1888 et réélu député en 1889 avec l’étiquette de révisionniste.
Ernest Laurent créa le syndicat de la Métallurgie à Nevers en octobre 1891 et fut candidat sur la liste révisionniste menée par Gaston Laporte aux élections municipales de Nevers en mai 1892. Il fut élu et son mentor Gaston Laporte devint maire.
Ernest Laurent fit alors le lien entre la nouvelle municipalité et les diverses chambres syndicales lorsque la volonté de créer une Bourse du Travail à Nevers fut actée en août 1892. Ainsi, un membre de chaque chambre syndicale fut désigné pour élaborer les plans et les statuts de cette future Bourse : Louis Legros (82418) de la Chambre syndicale de la menuiserie ; Louis Bailly (97706), des Travailleurs du Livre ; Ernest Laurent, de la Métallurgie ; Rolland, de la Maçonnerie ; Salius, de la Plâtrerie-Peinture ; Pinot, de la Céramique.
Ernest Laurent poursuivit son action en étant, en juillet 1893, l’un des deux hommes (avec Léopold Lhéritier, ébéniste) délégués au Congrès des communes à Saint-Denis puis délégué au Congrès des Bourses de France. Rentré à Nevers, il fut l’un des principaux propagandistes de Gaston Laporte lors des élections législatives d’août-septembre 1893.
Marié dans cette ville en novembre 1893 avec une couturière, Ernest Laurent, ainsi que toute sa liste, ne fut pas réélu lors des élections municipales partielles de novembre 1894 et il fut contraint de quitter Nevers pour trouver un emploi à Paris. Il y décéda des suites d’un accident de travail.
Inhumé à Nevers en juillet 1895, un monument, érigé par souscription publique, fut exécuté par son frère Eugène sur la tombe et inauguré le 26 avril 1896.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240925, notice LAURENT Ernest [Nièvre] par Michaël Boudard, version mise en ligne le 11 juin 2021, dernière modification le 11 juin 2021.

Par Michaël Boudard

SOURCES : Arch. Dép. Cher : état civil de Torteron. — Arch. de Paris : état civil du IIIe arrondissement. — Arch. Dép. Nièvre : état civil de Nevers ; M 633 : élections municipales de Nevers ; M 1460 ; M 1588 ; série R (classe 1886). — Journaux [Le Patriote du Centre, L’Observateur du Centre] et [La Tribune].
Arch. mun. Nevers : 7 F 55-4 : syndicats.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément