BERTHIAUD Jean alias Cartel dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 2 avril 1913 à Chamalières (Puy-de-Dôme), mort le 30 mars 1976 à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme) ; officier FTP du Puy-de-Dôme, Commissaire aux effectifs.

Fils de Jean-Baptiste Berthiaud, 33 ans, caoutchoutier, et de Marthe Madéore, 23 ans, sans profession, Jean Berthiaud se maria le 14 octobre 1934 à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme) avec Noëlla Bocquet puis le 14 septembre 1944 avec Dora Wolkom, mariage dissous le 14 février 1950. Il se remaria le 14 octobre 1950 avec Gabrielle Jeanne Montorier à Pont-du-Château.
Il rejoignit la Résistance en mars 1942. Recherché par le SD et la police française, il rejoignit le maquis en septembre 1943 et fut l’un des premiers membres du camp Guy-Moquet à Saint-Dier-d’Auvergne à cette date. Il fut nommé commissaire aux effectifs de détachement (CED) puis prit le commandement d’une compagnie avant d’être nommé Commissaire aux effectifs d’un Bataillon (CEB).
Le 2 juillet 1944 lors d’un engagement d’un détachement de la 8ème compagnie FTP contre des miliciens et GMR au lieu-dit Les Palles, commune de Domaize (Puy-de-Dôme) Jean Berthiaud alias “ René Cartel ” est blessé et fait prisonnier. Il était commissaire aux effectifs du bataillon. Plusieurs membres de l’état major FTP étaient alors présents, dont Philomen Mioch, qui put s’enfuir. Peu après, lors d’une deuxième tentative, Cartel s’évada de l’hôpital de Clermont-Ferrand le 20 août 1944. Il est sorti seul de l’hôpital, aidé par des infirmiers de l’hôtel Dieu. Il put rejoindre son Bataillon et participa aux combats de la libération de la région.
Le 28 septembre 1944, il reçut la croix de guerre lors d’une cérémonie place de Jaude à Clermont-Ferrand. Il fut homologué avec le grade de sous-lieutenant et reconnu FFI. En novembre 1944, il était commandant de l’annexe de la garnison de Royat (Puy-de-Dôme).
Selon son camarade Roger Beligat, qu’il avait côtoyé dans la Résistance, Berthiaud en eut du mal à faire reconnaître ses droits de résistants. Sollicité pour apporter son témoignage sur la résistance au moment où Philomen Mioch était en train d’écrire ses mémoires, il se déclara peu disposé à revenir sur cette période.
On ignore la profession et les éventuels engagements politiques ou syndicaux de Jean Berthiaud. Il est probable qu’il ait été militant communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240974, notice BERTHIAUD Jean alias Cartel dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 13 juin 2021, dernière modification le 25 juin 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : AVCC Caen, dossier Emile Guyonnet, AC 21 P 622728 et AC 21 P 201096. — Lettre de Roger Béligat alias Alain à Philomen Mioch, 2 juillet 1973, archives Départementales de l’Hérault, fonds Philomen Mioch. — Attestation sur l’honneur de Philomen Mioch à Zlatan Lochkovitch, 23 décembre 1985. Archives Philomen Mioch. Copie transmise par Rose Blin-Mioch. — Lettre de Marie Beligat à Philomen Mioch, le 18 août 1984. Copie transmise par Rose Blin-Mioch. — Serge Combret, Auvergne, j’écris ton nom… Résistance, 1940-1944. Clermont-Ferrand, La Française d’édition et d’imprimerie, 1994. — Lettre de Roger Béligat alias Alain à Philomen Mioch, 6 octobre 1971. Copie transmise par Rose Blin-Mioch. — Pour la France, organe des FTPF du Puy-de-Dôme, n°2, 28 septembre 1944. — État civil Chamalières.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément