LANTHELME Camille, Delphin

Par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 5 janvier 1915 à Melezet (Italie), massacré le 10 juillet 1944 à Corbonod (Ain) ; victime civile.

Lors du recensement de 1936, il ne semble pas que Camille Lanthelme habitait déjà Corbonod (Ain).
Le 10 juillet 1944 à 6 heures du matin, les Allemands lancèrent une opération d’envergure, de fouille systématique des maisons du hameau d’Orbagnoux (situé à quelques kilomètres au nord-ouest du bourg de Corbonod), en réponse à plusieurs accrochages avec la Résistance les jours précédents.
Une photographie fut trouvée chez Delphin Lanthelme, le représentant lors d’une campagne en Syrie, en short et chemisette, posant devant des tentes. Le sujet rappelant vaguement le décorum d’un maquis, il fut accusé de faire partie de la Résistance. Les Allemands le conduisirent dans une cave, puis le torturèrent sauvagement.
Son cadavre fut découvert à 12 heures le même jour. Ses membres étaient brisés, son visage tuméfié et il fut manifestement achevé d’un coup de revolver tiré dans la nuque.

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Corbonod (Ain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241189, notice LANTHELME Camille, Delphin par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 25 juin 2021, dernière modification le 25 juin 2021.

Par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, AC 21 P 362530 (nc). — Le livre noir des crimes Nazis dans l’Ain pendant l’Occupation, Les éditions du Bastion, p. 92. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément