ALIGON François, Émile

Par Christian Henrisey

Né le 10 février 1873 à Cosne-sur-Loire (aujourd’hui Cosne-Cours-sur-Loire, Nièvre), mort le 31 juillet 1908 à l’hôpital Saint-Antoine, Paris (XIIe arr.) à la suite de blessures reçues le 30 juillet 1908 à Villeneuve-Saint-Georges ; ouvrier papetier puis terrassier.

François, Emile Aligon était le fils de François Aligon, journalier, et de Louise Gilbert, sans profession puis journalière. Il était ouvrier papetier quand il se maria le 29 janvier 1898 à Corbeil (Essonne) avec Émilie Cheveau, sans profession, originaire elle aussi du département de la Nièvre. Le couple aurait eu, selon les renseignements publiés dans la presse en 1908, quatre enfants. Les deux premiers naquirent à Corbeil en 1899 et 1903. À cette date, Aligon était toujours ouvrier papetier. Le dernier né aurait eu 3 mois juillet 1908. Le 30 juillet 1908, il fut grièvement blessé par balle (plusieurs vertèbres fracturées d’après le rapport d’autopsie) lors des événements de Villeneuve-Saint-Georges (Seine-et-Oise, Val-de-Marne), où quatre manifestants furent tués par l’Armée. Transporté à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, il fut déclaré mort à deux heures du matin le 31 juillet. La profession déclarée lors de son décès fut celle de terrassier. Il était toujours domicilié. Il fut inhumé en présence des membres de sa famille et de quelques amis, dans un caveau provisoire du cimetière d’Ivry, le 4 août 1908. Son nom fut fréquemment déformé, par la presse de l’époque, en « François Alligou ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241202, notice ALIGON François, Émile par Christian Henrisey, version mise en ligne le 22 juin 2021, dernière modification le 27 août 2021.

Par Christian Henrisey

SOURCES : Arch. Dép. Nièvre, État civil de Cosne-sur-Loire (naissance). — Arch. Dép. Essonne, État civil de Corbeil (mariage et enfants). — Archives de Paris, XIIe arrondissement, acte de décès 3277 du 1er août 1908. Presse quotidienne du 30 juillet au 6 août 1908. — Serge Bianchi, Une tragédie sociale en 1908. Les grèves de Draveil-Vigneux et Villeneuve-Saint-Georges, CRHRE & éditions d’Albret, 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément