DUTOU Pierre, Hippolyte

Par Mauricette Laprie

Né le 17 février 1860 à Bordeaux (Gironde) ; voilier marin ; anarchiste de Bordeaux.

Fils de Emile Dutou, employé aux chemins de fer et de Victorine Hugos, Pierre Dutou se maria à Bordeaux le 20 juin 1889 avec Marie Gabrielle Chauvereau, lingère, née à Bordeaux le 21 décembre 1869. De leur union naquirent trois enfants à Bordeaux, Suzanne le 10 mars 1889 décédée à Royan (Charente Maritime) le 13 octobre 1967, Marie le 29 mars 1891 décédée à Bordeaux le 9 mai 1897 à l’âge de six ans et René le 29 mars 1898 décédé à Villenave d’Ornon (Gironde) le 24 juin 1967.

Il s’engagea pour cinq ans le 28 février 1881 aux apprentis marins à Rochefort, fit campagne sur « Le Bruat », « Le Fontenoy » et « Le Turenne ». Le certificat de bonne conduite ne lui fut pas accordé. A son retour en février 1886, il reprit son travail de voilier chez M. Matha, 60 rue des Faures, où il avait fait son apprentissage.

Le 3 avril 1892 le commissaire spécial des Chemins de fer, du Port et de l’Immigration de Bordeaux établit une fiche de renseignements « Travaille assez régulièrement de son état de voilier. S’enivre parfois est dans ce cas-là vif et emporté. Esprit exalté. On le dit anarchiste. Il a été condamné à 10 jours de prison et à 16 francs d’amende pour outrages aux agents pendant la manifestation du 1er mai 1891 ». Il fut à nouveau condamné le 15 juin 1893 par le Tribunal correctionnel de Bordeaux à quarante-huit heures de prison pour les mêmes motifs. Le 18 novembre un nouveau rapport conseilla de le surveiller « socialiste révolutionnaire touchant à l’anarchie… intelligent, a une certaine facilité de paroles – assiste aux réunions, s’est présenté comme socialiste révolutionnaire à l’élection législative du 20 août 1893 dans la 3ème circonscription de Bordeaux. N’a pas obtenu de voix. A surveiller ».

Le 10 mai 1897 lors de l’enterrement de sa fille au cimetière de la Chartreuse, cent cinquante personnes environ suivirent le convoi funèbre, Sébastien Faure, Louise Michel, Armand Matha, Antoine Antignac et une trentaine d’anarchistes de Bordeaux se trouvaient dans l’assistance. Pierre Dutou jeta sur le cercueil un bouquet de fleurs rouges en disant à l’avenir. Mme Louise Michel s’exprima seulement pour dire qu’en présence de la douleur d’une famille, elle se devait de garder le silence.

Pierre Dutou continua à être surveiller de très près et à faire l’objet de nombreux rapports, jusqu’à ce que le 30 décembre 1901, il soit arrêté à Agen (Lot-et-Garonne), porteur d’un révolver dont il ne fit pas usage, en flagrant délit de vol qualifié, au moment où avec deux complices, ils dévalisaient les magasins de rouennerie Bouysset et Cie, 21 rue Jacquart. Il refusa de livrer le nom de ses complices. Condamné le 26 mai 1902 à dix ans de travaux forcés et à dix ans d’interdiction de séjour par la Cour d’assises d’Agen, un projet d’évasion – par la force si cela était nécessaire, projeté par les anarchistes de Bordeaux fut déjoué alors qu’il allait être transféré à La Rochelle pour être ensuite dirigé dans une colonie pénitentiaire. A l’île de Ré en novembre 1902 en partance pour la Nouvelle Calédonie, il se décida à faire des aveux et mis en cause Rambeau, Louise Pouchieux, Sarriu et Edmond Lapeyre. Sa peine fut commuée en cinq ans de réclusion par décision ministérielle du 3 mai 1904.

Il ne semble pas que Pierre Dutou soit parti au bagne, il ne figure pas dans la base de données des dossiers individuels des condamnés au bagne (ANOM). Des recherches auprès des archives départementales de la Charente-Maritime n’ont pas permis de le retrouver à l’Ile de Ré.
Lors du conseil de révision de son fils en 1917, il est déclaré mort (pas trace de son décès à Bordeaux).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241250, notice DUTOU Pierre, Hippolyte par Mauricette Laprie, version mise en ligne le 24 juin 2021, dernière modification le 24 juin 2021.

Par Mauricette Laprie

SOURCES : Arch. Dép. Gironde, 1M491. — Arch. Bordeaux Métropole, 3527I10. — La Petite Gironde 4 janvier et 7 juillet 1902. — État civil de Bordeaux (Gironde).

Version imprimable Signaler un complément