MOREAU Julien, Léon

Par Mauricette Laprie

Né le 11 juin 1855 à Saint-Maurice (Vienne) ; menuisier ébéniste ; anarchiste de Bordeaux.

Fils de Pierre Moreau, ébéniste et de Marie Pérochon, Léon Moreau figurait sur la liste des membres du comité anarchiste de Bordeaux (Gironde) en 1886.
La notice individuelle n° 1209 établie par le commissaire central de la ville de Bordeaux en 1886, signala qu’il habitait rue Poirier près de la place Gambetta, qu’il était sans fortune, anarchiste partisan du sieur Guérin. Il essaya, sans succès, d’organiser avec M. Ebrard une manifestation pour les ouvriers sans travail le 12 février 1886 place de la Bourse.
Le 11 juillet 1890, il fut arrêté et écroué à la prison municipale de Bordeaux pour un vol commis avec effraction dans le magasin du sieur Ernest Chaboisseau, fabricant de meubles, demeurant rue Belfort, « à qui l’on a soustrait divers objets mobiliers, tels que bois de lit, table, armoire à glace, le tout d’une valeur de cinq cent cinquante francs ». Il fut libéré le 20 juillet 1890, son innocence ayant été reconnue.
Le 30 novembre 1893, le commissaire central de Bordeaux établit une nouvelle notice individuelle pour le préfet de la Gironde « Léon Moreau, résidant 18 rue Jean Burguet, ébéniste est en effet un anarchiste militant qui le 12 juin 1892 écrivait une longue épitre à Ravachol. Il fréquente les réunions anarchistes ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241257, notice MOREAU Julien, Léon par Mauricette Laprie, version mise en ligne le 24 juin 2021, dernière modification le 24 juin 2021.

Par Mauricette Laprie

SOURCES : Arch. Bordeaux Métropole, 3527I10. — Arch. Dép. Gironde, 1M469, 1M471. — La Petite Gironde 11 et 20 juillet 1890. — État civil de Saint-Maurice (Vienne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément