Chelles (Seine-et-Marne) 25 août 1944

Par Michel Thébault

Dans les jours qui précédèrent la libération de Chelles par les troupes américaines (27 août 1944) des affrontements se produisirent entre résistants et troupes allemandes en retraite. Ces dernières procédèrent à des exactions dont le massacre d’otages dans le parc de la mairie de Chelles, le 25 août 1944. Ce massacre de résistants et de civils parfois très jeunes fit 12 morts et un survivant.

Le 23 août 1944 l’écho de l’insurrection parisienne et de l’arrivée prochaine des troupes alliées amena le Comité Local de Libération à prendre le contrôle des affaires publiques et à s’emparer de la mairie. Le traumatisme des 14 résistants chellois fusillés à Cascade du Bois de Boulogne le 16 août 1944, était fort (Fernand Bellanger, Henri Blanchet, Raymond Counil, Jacques Delporte, Arthur De Smet, René Faugeras, Maurice Guilbert, Guy Hémery, Franck Hemon, Robert Magisson, Jacques Schlosser, Georges Trapletti, Luigi Vannini, Roland Verdeaux,Gabriel Verdier, Jean Veron, Pierre Weczerka). Parmi eux, Jacques Scholler, fils de Charles Schlosser, qui sera nommé président de la commission municipale provisoire. Des collaborateurs notoires furent arrêtés et les groupements locaux de résistance (FTPF et corps francs Vengeance) armés avec des armes récupérées dans un cantonnement allemand abandonné.
Le 24 août, le maire, Lavaud, fut destitué et remplacé par Charles Schlosser, le commissaire de police de Chelles fut également suspendu et remplacé par un capitaine de gendarmerie à la retraite. Dans l’après-midi, les groupes de résistants engagèrent le combat à la caserne Sainte-Bathilde et dans la vaste gare de triage de Chelles que les troupes allemandes tentaient de miner pour la mettre hors d’usage. Plusieurs soldats allemands et une douzaine de travailleurs civils (allemands et italiens) furent faits prisonniers. Vers 16 heures un violent accrochage se produisit près de la mairie et du commissariat de police opposant un détachement allemand à un groupe de FFI locaux, entraînant pour l’unité allemande deux tués et plusieurs blessés.
Le 25 août les autorités allemandes de Meaux ayant appris que des prisonniers étaient détenus à Chelles donnèrent mission au sous-préfet de Meaux de négocier leur libération menaçant de violentes représailles la ville en l’absence d’une libération immédiate. Le sous-préfet ayant pu interroger les prisonniers, seuls les militaires choisirent de regagner sous son contrôle leur unité, les travailleurs civils préférant rester. Malgré la promesse obtenue d’une absence de représailles, dans l’après midi, des éléments du 273ème Régiment d’Infanterie, venus de Meaux, investirent la ville tirant au hasard, s’ouvrant un passage à travers les maisons à l’aide des blindés et s’emparant de la mairie. Le maire Charles Schlosser qui protestait auprès de l’officier commandant la troupe du non respect des promesses faites fut arrêté. Une trentaine d’otages raflés, manifestement pour certains au hasard dans les rues (dont un groupe de très jeunes gens), fut regroupée dans le parc de la mairie. 13 d’entre eux FFI et civils, âgés de 16 à 51 ans furent exécutés au pistolet mitrailleur et à la grenade. L’un d’entre eux survécut à cette exécution.
Le dimanche 27 août les premiers éléments de la 3e division blindée de la 1ère Armée américaine du général Hodges pénétrèrent dans Chelles, les combats se poursuivant dans la gare de triage.
Liste des victimes :
AUBERVILLE Aimé
BARNADAT Roger
BOTHOREL Jean
CASTERMANT Charles
CLOSSON Lucien
GALLET Lucien
HOUSSA Ouaïd,
LEVASSEUR René
MARIEY Christian
PUSZ Wladislaw
SCHOENFELD Georges
VERDEAUX André
BEN ABBES Moussa survivant

Un monument "à la gloire de la Résistance" et "à la mémoire des victimes du nazisme" fut dressé dans les années 50 dans le parc de la mairie à Chelles. Une plaque sur le mur de la mairie de Chelles comporte également le nom de ces victimes regroupées avec celles du massacre de la cascade du Bois de Boulogne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241264, notice Chelles (Seine-et-Marne) 25 août 1944 par Michel Thébault, version mise en ligne le 25 juin 2021, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : Livret réalisé par les Conseils municipaux d’enfants de Chelles, prix collectif du civisme 2019 Ed. Ville de Chelles. — Archives départementales Seine-et-Marne. — Site Internet Gilles Primout La Libération de Paris article massacre à Chelles. — Musée de la résistance en ligne, article de Claude Cherrier Composition du Comité de libération de Chelles, extrait du DVD-ROM La Résistance en Île-de-France AERI, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément