LANGHAM Arthur

Par Didier Alvarez

Né le 21 août 1924 à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais), mort en déportation le 10 avril 1945 à Brunswick ; résistant FTPF.

Arthur Langham est le fils d’Augustin et Angélique Caudrelier. Ils habitaient 4 rue Alexandre Gourlet à Montigny-en-Gohelle. Il adhérait aux jeunesses communistes, dirigées par Michel Brûlé, puis au Front National dans les rangs des FTPF à partir de janvier 1941 (lettre de Roger Pannequin, à Arras, du 18 novembre 1950 pour le Front National).

Il part iten Espagne pour rejoindre les FFL , mais il fut arrêté et interné par la police de Franco. Il fut ramené dans un camp de jeunesse à Toulouse en avril 1941 d’où il s’évada.
En mai 1941 il reprit contact avec les FTP, avec Louis Alfred et Pierre Carpentier. Il revint à Montigny-enGohelle en octobre 1941 (FTPF 14em Compagnie, région A2 Montigny-enGohelle)
Il fut chef de groupe et responsable des sabotages dans les mines. Cela consistait, entre autre, à casser « les crochets des berlines machines de treuil et descendrie ».
Il participa aux grèves des mineurs des mines de Dourges comme troupe de choc en mai 1941 et octobre 1943.
Le 9 juin 1944 il fut envoyé en « mission spéciale » au bois de Bourlon au maquis de l’Aisne, pour des sabotages des ponts et des chemins de fer. Il fut fait prisonnier les armes à la main après un accrochage avec l’armée allemande le 3 juillet 1944, incarcéré à Maubeuge puis à la prison de LOOS-les -Lille du 4 juillet 1944 au 1er septembre 1944.
Il fut au départ du dernier train de la déportation, le train de LOOS, ( 1230 personnes), partant de la gare de Tourcoing le 1er septembre 1944 en direction de Cologne où le train arriva le 3 septembre ( I.281 FMD).
Ce convoi fut remplit par des résistants de différent groupe , réseau Sylvestre-Farmer , OCM ,Voix du Nord , FTP , des réfractaires au STO. Ce train ne peut pas être arrêté par la résistance , en sous nombre et mal armée.
Le convoi arrive le 7 septembre à Orianenburg et les déportés rejoignirent à pied le camp de Sachsenhausen (à 30 km de Berlin). D’après la FMD il fut aussi à Watenstedt et Ravensbruck.
Langham décèda le 10 avril 1945 à Brunswick ( confirmé par son camarade de camp Fernand Delvallez), il n’avait pas encore 21 ans.
Il fut reconnu FFI d’octobre 1943 au 4 juillet 1944 au grade de sergent chef,
( journal officiel du 5 février 1948, homologation no 26797) et DIR ( déporté interné résistant ), carte de déporté résistant no 100210573.
Il fut décoré à titre posthume de la médaille de la résistance, le 28 juillet 1955 et déclaré « mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241331, notice LANGHAM Arthur par Didier Alvarez, version mise en ligne le 29 juin 2021, dernière modification le 19 juillet 2021.

Par Didier Alvarez

Stèle à Montigny-en-Gohelle

SOURCES : AVCC, Caen, Dossier AC 21 p 261402 ET AC 21 p 585612, GR 16 p 336146

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément