JAMMET Paul, André, Janvier

Par Michel Thébault

Né le 1er janvier 1925 à Millac (Vienne), mort des suites de ses blessures le 16 août 1944 à Millac (Vienne) ; employé de commerce ; résistant maquis Adolphe ORA - AS.

Paul Jammet était le fils de Jean Jammet charpentier et de Marie, Alexandrine Bardet coututière, domiciliés tous deux rue des Vieilles forges, à Millac. Son père, né le 14 mars 1885 à Asnières-sur-Blour (Vienne) fut mobilisé le 4 août 1914 dans un régiment d’infanterie, blessé le 25 septembre 1915 à Wailly. Parti en Orient avec le 3ème Régiment d’Infanterie Coloniale en mars 1918, il y contracta le paludisme. Il fut démobilisé le 4 avril 1919 et se maria le 28 avril suivant avec Marie Bardet, née à Millac en 1889. Paul, né en 1925 fut leur deuxième enfant après Antoinette, née en 1920. Au recensement de 1931 de Millac la famille résidait rue des Vielles Forges, où les parents tenaient une épicerie. Paul Jammet fut orphelin à 8 ans lors du décès de sa mère le 24 avril 1933. En 1944, célibataire, âgé de 19 ans , il était toujours domicilié à Millac et était employé de commerce sans doute auprès de son père épicier au bourg.

Il s’engagea dans la résistance à l’été 1944, rejoignant le 1er juillet 1944 dans le secteur de l’Isle-Jourdain, un maquis de l’Armée Secrète de la Vienne, le maquis « Adolphe » rattaché au départ à l’ORA puis après le 6 juin 44 à l’AS, sous le commandement du capitaine Blondel (groupement D du sud de la Vienne). Il participa vraisemblablement le 4 août 1944 aux combats du Vigeant qui fit de nombreux morts dans le maquis Adolphe.
Les sources diffèrent sur les circonstances de sa mort le 16 août 1944 à 7 heures au lieu-dit Giverdan. Le site Mémorial genweb indique « membre du maquis du Vigeant. Exécuté Le 4 août 1944 », ce qui est manifestement erroné. La seule hypothèse en concordance est qu’ayant participé aux combats du Vigeant le 4 août, il ait pu y être blessé et qu’il soit mort à Millac, sa commune natale quelques jours plus tard, des suites de ses blessures. Le site mémoire des hommes le présente comme tué au combat. Une source familiale, sa nièce, Mme Lassere, qui ne peut l’affirmer avec certitude car elle n’avait que 3 ans à cette date, croit savoir qu’il a été tué accidentellement par un camarade du maquis alors que ce dernier nettoyait son arme.

Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué FFI. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Millac.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241362, notice JAMMET Paul, André, Janvier par Michel Thébault, version mise en ligne le 4 juillet 2021, dernière modification le 4 juillet 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Vienne (état civil, registre matricule, recensements) — SHD Vincennes GR 16 P 305857 et SHD Caen AVCC Cote AC 21 P 59786 (nc) — Archives collectives des Forces françaises de l’intérieur (site Mémoire des Hommes) maquis Adolphe GR 19 P 86/18 — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb — Renseignements Mairie de Millac et acte de décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément