VERNIER André

Par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 19 novembre 1926 à Glay (Doubs), massacré le 14 juillet 1944 à Belleydoux (Ain) ; victime civile.

André Vernier naquit d’Henri, Jules, Frédéric Vernier (1895-1967), ouvrier d’usine, et d’Hélène, Marguerite Boillot (1900-1971).
D’après le recensement de 1936, il n’était alors par domicilié à Belleydoux (Ain).
Du 11 au 21 juillet 1944 eut lieu la troisième offensive de répression nazie contre les maquis et les populations de l’Ain et du Haut-Jura.
Le 14 juillet les troupes allemandes investirent Belleydoux qui avait déjà subi leurs exactions en avril 1944. Ce jour-là 17 habitations furent incendiées et André Vernier fut massacré, sans témoin, à Belleydoux (Ain), comme Élie Grospeillier.
Son nom ne semble pas figurer sur un monument.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241588, notice VERNIER André par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 17 juillet 2021, dernière modification le 17 juillet 2021.

Par Benoît Prieur, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen AC 21 P 406447 (nc). — Le livre noir des crimes Nazis dans l’Ain pendant l’Occupation, Les éditions du Bastion, p. 116. — Mémoire des hommes (victimes civiles). — Geneanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément