Saint-Mards-en-Othe (Aube) 20 juin 1944

Par Jean-Louis Ponnavoy

Le 20 juin 1944, le maquis de Saint-Mards-en-Othe dans l’Aube fut attaqué par l’ennemi et 27 résistants furent tués.

Le maquis de Saint-Mards-en-Othe était issu du BOA et spécialisé dans les réceptions de parachutages. La Sipo-SD de Troyes bien renseignée sur les emplacements du maquis et de ses forces par ses agents français prépara une opération contre lui.
Le 20 juin 1944 au matin, une colonne allemande d’un millier d’hommes, prisonniers de guerre ukrainiens et russes volontaires, formant le 615e Ostbataillon commandé par le major Schrade et le Sicherheitsregiment 199 du SS Gelling monta à l’assaut du maquis qui était fort de 237 maquisards du BOA et des FTPF. Le maquis occupait une position forte, une colline avec un grand bois, des prés et des champs tout autour du mamelon. Il possédait des fusils, fusils mitrailleurs, mitraillettes, mitrailleuses, grenades, neuf bazooka et dix-sept torpilles. Le combat va durer de sept heures trente du matin à six heures du soir.
Les premiers éléments allemands arrivèrent par la route de Maraye-en-Othe, en surprenant six maquisards qui étaient postés en sentinelles et en tuant quatre. Un autre détachement venu de la Belle Fayte tua six maquisards parmi lesquels l’Anglais George Mamoutoff dit Léon, lieutenant SAS qui se fit tuer sur son fusil-mitrailleur Bren pour couvrir le repli. Vers huit heures trente, une seconde colonne motorisée venant par la route de Vosnon fut accueillie par un feu nourri mais le combat devint vite inégal, les maquisards étant inférieurs en nombre. L’ordre de repli fut donné. Quand le combat fut terminé 27 résistants avaient été tués ou blessés et achevés. L’ennemi eut une quarantaine de tués dont cinq ou six officiers.
Grâce à un commandement efficace, le repli s’effectua en bon ordre vers Sormery, Eaux-Puiseaux et Chaource. Les survivants se répartiront ensuite dans d’autres maquis ou unités de la région. Il y aura beaucoup d’exactions de la part des nazis qui étaient à leur recherche et voulaient éviter la formation d’un autre maquis.
Dès le 21 juin, les habitants de La Lisière-des-Bois et de Saint-Mards se rendirent dans la forêt pour évaluer l’importance du massacre et rechercher les résistants tués qui étaient disséminés partout. Ils furent retrouvés mutilés, le crâne défoncé, les parties génitales coupées, couchés face contre terre. Les corps seront regroupés pour être enterrés clandestinement dans la nuit avec un bracelet portant leur nom au bras de ceux qui purent être identifiés le jour même.
Un monument a été érigé sur la route de la Mivoie pour commémorer l’attaque du 20 juin 1944 et fut inauguré le 22 juin 1947. Surmonté d’une croix de Lorraine, il porte l’inscription suivante : « Aux morts du Maquis de Saint-Mards-en-Othe / Les BOA et FTPF / 20 juin 1944 ».
le hameau de la Lisière des Bois fut décoré, le 16 juin1949, de la croix de guerre avec étoile de bronze.

Liste des victimes :

BAUDOIN Robert, Paul, André
BAULON Raymond, Jean, Marie, Maurice
BERTHIER Bernard
BÖHNING Willy, Georges, Geffroi
BONNET Fernand, André, Louis
BOUTY Ferdinand, Émile
BUTAT Maurice, Émilien
CANNEAUX Louis, Émile
CLAUDEL Raymond, Fernand
CORTEL Daniel, Marcel, Gabriel
CRESPIN Maurice, Julien
DEGOIS Jacques, Armand, Edmond
DELAPORTE Raymond, Maurice
DELEUZIÈRE Émile, Antoine, Adolphe
DHEILLY Georges, Adrien, Louis
ELIES Charles, François, Antoine ex inconnu 2
FLAMAND André, Louis
Inconnu 1
LEBAS René, Émile
LECOURT Roger, Paul, Charles
LEFÈVRE Roland, Jules, Joseph
MAMOUTOFF Georges dit Léon
MIMEY Pierre, Emmanuel
MORVAND Jean, Pierre, Avit
PASINI Gérome, Epaminoudas
PRIN Serge, Marcel, André
TROGNON André, Maurice, Gabriel

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241688, notice Saint-Mards-en-Othe (Aube) 20 juin 1944 par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 26 juillet 2021, dernière modification le 26 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Wikipédia Maquis de Saint-Mards-en-Othe.— ADIRP de l’AUBE MAQUIS DE SAINT-MARDS : CEREMONIES ET VISITES SURPRISES.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément