HUREAU Georges

Par Jean-Luc Marquer

Né le 16 mars 1914 à Dijon (Côte-d’Or), sommairement exécuté le 2 août 1944 à Noyarey (Isère) ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR)

Georges Hureau était le fils d’Irénée Revoy, ouvrière de fabrique, demeurant 52 rue Vannerie à Dijon (Côte-d’Or) à sa naissance.
Il porta le nom de sa mère jusqu’à ce qu’il ait été reconnu par Gaston, Clovis Hureau, mécanicien, le 21 octobre 1919 à Courbevoie (Seine-et-Oise, aujourd’hui Hauts-de-Seine) et légitimé par le mariage de ce dernier avec sa mère en 1919 à Bezons (Seine-et-Oise, aujourd’hui Val-d-Oise).
Georges Hureau s’engagea dans la Résistance. Répondant à l’ordre de mobilisation lancé le 9 juin 1944, il rejoignit le maquis du Vercors, secteur 8 de l’AS-Isère.
Ses services sont homologués à partir de cette date.
Après l’ordre de dispersion donné le 23 juillet 1944 par le chef militaire du Vercors, François Huet, il tenta de quitter le massif.
Fait prisonnier le 2 août 1944 à Noyarey (Isère), il y fut sommairement exécuté par des soldats allemands et son corps fut jeté dans l’Isère.
Son corps ne fut jamais retrouvé ou identifié.
Georges Hureau fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR).
Son nom figure sur le monument aux morts 1939-1945 de Saint-Martin-d’Hères (Isère).


Notice provisoire


Voir : Noyarey, du 27 juillet au 4 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241731, notice HUREAU Georges par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 7 août 2021, dernière modification le 9 août 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 299529 (nc) ; GR 19 P 38/16 —
AVCC Caen SHD/ AC 21 P 573943 (nc) — Mémorial GenWeb — État civil (naissance, reconnaissance)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément