CORDEL Elysée, Joseph, alias Ducor

Par Michel Aguettaz

Né le 19 mars 1926 à Bonvillaret (Savoie), porté disparu le 21 septembre 1944 au col de la Pelouse, commune d’Avrieux (Savoie), déclaré mort dans la région de Modane ; résistant FTPF, homologué interné-résistant et FFI.

Plaques commémoratives à Turin pour ses deux compagnons
Plaques commémoratives à Turin pour ses deux compagnons

Les parents d’Elysée Cordel étaient agriculteurs. À dix-huit ans, il s’engagea dans la résistance au sein de la compagnie FTP 92-06 avec plusieurs autres jeunes de Bonvillaret (Savoie) pour participer à la libération de la Maurienne.
Le 21 septembre 1944, il partit avec un détachement de sa compagnie en reconnaissance dans le secteur du col de la Pelouse, à la frontière franco-italienne. Laissé au chalet du col avec deux de ses camarades, Paul Rosset et Paul Bouvier, les trois jeunes hommes avaient disparu lorsque le détachement revint sur ses pas. Leurs corps ne furent jamais retrouvés.
Son acte d’état civil porte la mention « décédé le 21 septembre 1944 dans la région de Modane. Le 5-9-1948. »
Les actes décès de ses camarades portent l’inscription « fusillé à Turin le 12 octobre 1944 ». Les trois prisonniers furent donc convoyés jusqu’à Turin (Italie), incarcérés aux Carcere le Nuove sans doute pour y être interrogés puis exécutés par les Allemands. Si l’on sait avec une quasi certitude que Paul Bouvier et Paul Rosset furent exécutés le 12 octobre 1944, en même temps que sept partisans italiens, en revanche on ignore totalement ce qu’il advint d’Elysée Cordel.
Reconnu « Mort pour la France », son nom est gravé sur le monument aux morts de Bonvillaret. Il a été homologué interné résistant (DIR) et FFI.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241777, notice CORDEL Elysée, Joseph, alias Ducor par Michel Aguettaz, version mise en ligne le 29 juillet 2021, dernière modification le 30 juillet 2021.

Par Michel Aguettaz

Plaques commémoratives à Turin pour ses deux compagnons
Plaques commémoratives à Turin pour ses deux compagnons

SOURCES : Archives de Monsieur René Chemin. — AVCC-SHD, Caen, AC 21 P 730758 (nc). — SHD, Vincennes GR 16 P 142190 (nc). — Combats en Maurienne, Chambéry, 1945. — État civil commune d’Argentine. — Adduci Nicola. Gli altri. Fascismo repubblicano e comunità nel Torinese, 1943-1945, Milano, FrancoAngeli, 2014. — http://intranet.istoreto.it/lapidi/... (consulté le 3 juin 2021). — Remerciements particuliers à Antonio Bechelloni pour son aide.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément