FROMENTEAU Jules

Par Alain Godignon

Né le 10 octobre 1914 à Meaulne (Allier), exécuté sommairement par la Résistance le 30 juillet 1944 à Saint-Désiré (Allier) ; jardinier, ouvrier agricole.

Fils de Jules Fromenteau et de Germaine Dechaud, métayers, Jules Fromenteau était né aux Rothards de Meaulne (Allier).

Le 17 juillet 1944, une note du Service des Renseignements Généraux de l’Allier signalait que trois individus armés de mitraillettes et pistolets opéraient des cambriolages sous le couvert de la Résistance. Les faits, à partir du 26 juin, étaient situés sur les communes de Meaulne, La Celette (Cher) et Chazemais (Allier). Cette note indiquait les noms des individus et préconisait la façon de les arrêter. Sur cette note, est indiquée de manière manuscrite « Fusillé par la Résistance ». Le maquis de Chazemais procéda à l’arrestation de deux d’entre eux et signa un procès-verbal de leurs interrogatoires ainsi que de leur famille. Il s’agissait des nommés :
Jules Fromenteau, jardinier, célibataire, né le 10 octobre 1914 à Meaulne et demeurant à Meaulne.
Lucien Robert Giraud, minotier, né le 12 avril 1920 à Meaulne, marié et père d’une enfant de 3 ans,
Les motifs de leurs arrestations étaient les suivants :
Vers le 15 juin 1944, Fromenteau, et Giraud, équipés d’un fusil de chasse et cagoulés, s’étaient présentés chez M. Guérinet demeurant à Mondan, commune de Vesdun (Cher) chez qui ils s’étaient fait remettre une somme de 12.000 Frs et une carte de tabac sous la menace de mort.
Vers le 20 juin 1944, Fromenteau et Giraud s’étaient rendus à La Celette (Cher) chez une personne dont ils ignoraient le nom mais dont le surnom était « Petit-fils » et, également sous la menace de mort, avaient obtenu 40.000 Frs et deux louis d’or (l’un de 20 Frs et l’autre de 5 Frs).
Le 2 juillet 1944, Giraud avait volé, avec un nommé Ernest L., non encore arrêté mais domicilié à Meaulne, à Mlle de Fontigny au château de Magnoux, sur la commune de Meaulne, six bouteilles de champagne et douze bouteilles de vin qu’ils burent au domicile de Giraud avec deux acolytes : une femme nommée S. M. de 22 ans et un homme de Meaulne de 24 ans, nommé A. C.
Les deux détenus déclarèrent qu’ils avaient prémédité leurs actes et qu’ils n’obéissaient pas à un chef de bande. Les sommes furent partagées entre eux ou dilapidées dans les restaurants de Meaulne et d’Épineuil (Cher) ou dans des effets. Au cours des interrogatoires, Fromenteau et Giraud énumérèrent leurs projets à court terme : dévaliser un cultivateur à Chadet, commune de Saulzais-le-Potier (Cher) ; dans la nuit suivante, dévaliser une femme au lieu-dit Dagouret, commune de Meaulne, et éventuellement la tuer si elle se défendait, ; le cambriolage de la Banque de France à Montluçon que méditait Fromenteau, vu que sa tante y travaillait.
Le procès-verbal, dressé le 25 juillet 1944 et signé du Capitaine Brissat alias Millet se termine par les arrestations prévues ou en cours par les services du groupement « B » des FFI à savoir :
Une femme de 26 ans J. L, domiciliée à La Grave, amante de Fromenteau,
La femme de 22 ans S. M. déjà citée supra,
L’homme de 24 ans Ernest L. déjà cité.
Nous connaissons une partie de la suite. Le 30 juillet 1944, après avoir été contraints de creuser leur tombe à proximité de la maison de l’étang de Bussière sur la commune de Saint-Désiré, Jules Fromenteau et Lucien Giraud furent exécutés par le maquis alors que les actes de décès des deux fusillés mentionnent que leurs décès eurent lieu au bourg de Meaulne ! Ce ne fut qu’après le départ du maquis de ses cantonnements des fermes avoisinantes que les familles récupérèrent les corps pour une inhumation aux cimetières de Vallon-en-Sully (Allier) et de Meaulne.
Son acte de décès le dit mort à 17 heures au bourg de Meaulne le 30 juillet 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article241876, notice FROMENTEAU Jules par Alain Godignon, version mise en ligne le 1er août 2021, dernière modification le 13 novembre 2021.

Par Alain Godignon

SOURCES : Arch. dép. de l’Allier, 2010 W 23, dossier 6280 — Archives nationales : 15205/3816 (nc) — État civil de Meaulne — Témoignages oraux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément