EYCHENNE Aimé

Par Paul Boulland

Né le 19 septembre 1924 à Ludiès (Ariège), mort le 29 novembre 2008 à Pamiers (Ariège) ; agriculteur ; membre du secrétariat de la fédération PCF de l’Ariège (1947-1961) ; dirigeant de la CGA puis de la FDSEA de l’Ariège.

Né de parents agriculteurs, qu’il décrivait à la fin des années 1940 comme sympathisants communistes, Aimé Eychenne était titulaire du certificat d’études primaires. Dans un questionnaire biographique rempli en 1947-1948, il indiquait pratiquer l’Esperanto. Il entra en contact avec la Résistance au début de l’été 1944, en aidant au ravitaillement d’éléments du maquis de Vira isolés après une attaque allemande. En août, il participa à la création du comité local de libération de Ludiès (Ariège) et du FUJP dont il devint responsable régional. Aimé Eychenne adhéra au Jeunesses communistes en septembre 1944 et au PCF en décembre. Il fut délégué « jeunes » au congrès constitutif de la CGA à Paris en mars 1945, puis, quelques semaines plus tard, délégué au XIe Congrès des Jeunesses communistes qui devinrent alors l’UJRF. En juillet de la même année, il participa aux Etats généraux de la Renaissance française au titre de l’UJRF et de la CGA de l’Ariège. Aimé Eychenne fut responsable paysan au bureau fédéral de l’UJRF puis secrétaire fédéral d’août 1945 à décembre 1946. Il collabora activement au journal départemental Le Patriote ariégeois. En juin 1947, il fut élu au secrétariat de la fédération PCF de l’Ariège au sein duquel il fut chargé de la propagande et participa aux travaux du XIe congrès du PCF à Strasbourg.

En mars 1948, dans un courrier adressé au secrétariat du PCF, Aimé Eychenne reconnaissait avoir connu une promotion très rapide dans le contexte de la Libération : « Après avoir été successivement responsable fédéral FUJP, responsable fédéral paysan UJRF puis secrétaire fédéral UJRF, j’étais remplacé à cette fonction sans avoir réussi à relever cette organisation. J’ai été élevé aux responsabilités du secrétariat fédéral du Parti en 1947, sans avoir jamais eu de responsabilités même dans une cellule, sans être délégué à la conférence fédérale. » Par ce courrier, il indiquait également ne pouvoir, du fait de son travail, participer à l’école centrale de quatre mois. En 1949, il suivit par contre les cours d’une école d’un mois à l’issue de laquelle les évaluateurs soulignèrent ses qualités intellectuelles qui en faisaient « un [des] meilleurs élèves de l’école » et un « élément de valeur » « à suivre dès maintenant. »

Aimé Eychenne resta secrétaire fédéral à la propagande jusqu’en 1960 et se consacra tout particulièrement au Patriote ariégeois et à l’édition locale de l’Humanité-Dimanche. Selon les dirigeants fédéraux et les délégués du comité central, il était accaparé par cette tâche et par le placement des publicités qui assurait son salaire de permanent dans des conditions matérielles difficiles. En 1960, il fut dégagé de ces responsabilités et nommé responsable du travail paysan au sein du secrétariat fédéral. Dès avril, Henri Capella*, premier secrétaire fédéral, soulignait son apport dans les mobilisations paysannes et la reconstitution des syndicats agricoles. En 1961, Aimé Eychenne devint secrétaire administratif permanent de la CGA de l’Ariège, puis de la FDSEA à partir de 1964. Il quitta le secrétariat pour le bureau fédéral PCF en 1961, puis pour le comité fédéral en 1972. Il demanda son retrait en 1977 mais la fédération espérait qu’il continue à aider aux activités du comité fédéral en direction des paysans.

Aimé Eychenne s’était marié le 26 mai 1949 à Ludiès avec Odette Bertrand. Voir Odette Eychenne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24204, notice EYCHENNE Aimé par Paul Boulland, version mise en ligne le 9 janvier 2009, dernière modification le 3 juillet 2009.

Par Paul Boulland

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — État civil de Ludiès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément