AGOSTINI Victor, Jean

Par Jacques Girault

Né le 29 février 1924 à Toulon (Var), mort à Toulon, le 26 octobre 2008 ; ouvrier puis imprimeur ; militant communiste ; adjoint au maire de La Garde (Var) ; militant laïque.

Fils de Xavier Agostini, facteur des postes, militant syndicaliste, Victor Agostini devint apprenti puis ouvrier à l’Arsenal maritime de Toulon, travaillant comme ouvrier chaudronnier à l’atelier des réparations à la fin des années 1940.

Il participa aux actions de Résistance en Corse puis dans l’Arsenal où il fit partie des militants qui reconstituèrent le syndicat dans la clandestinité. Engagé pour la durée de la guerre après la Libération de Toulon, il fut blessé en Allemagne en 1945.

Adhérent du Parti communiste depuis 1943, après la guerre, il fut membre du bureau de la section communiste de l’Arsenal.

A la conférence fédérale des 25-26 février 1950, Victor Agostini devint membre du secrétariat de la fédération communiste du Var comme responsable de l’organisation. Considéré comme l’homme de confiance du député-maire de Toulon Jean Bartolini, il suivit en 1947 l’école centrale du PCF et fut délégué au festival mondial de la jeunesse à Budapest en juillet 1949. Le 29 mai 1952, à la Bourse du Travail, il fut un des orateurs lors d’un meeting de protestation contre le “complot des pigeons“ ; des incidents violents se produisirent le lendemain. Il fut un des 24 militants communistes arrêtés puis écroués au début juin. Il resta membre du comité de la fédération jusqu’en 1954. François Billoux, en septembre 1952, dénonça le sectarisme d’Yves Le Madec, y associant, à un moindre degré, Agostini, qui écarté du secrétariat fédéral, resta néanmoins au comité fédéral jusqu’en 1954.

Victor Agostini habitait le quartier Brunet à l’Est de la ville puis La Garde et travaiila quelques années à l’agence. Il dirigea l’imprimerie SNIP-IPP, boulevard Ortolan à Toulon où le PCF était impliqué pour le tirage de son quotidien Le Petit Varois. Au début des années 1960, quand une réorganisation intervint dans la presse communiste, il travailla dans l’administration des cirques Pinder et Jean Richard.

Il fut élu conseiller municipal et adjoint au maire de La Garde de 1963 à 1969.

Victor Agostini s’impliqua dans les activités de culture populaire initiées par la Fédération des œuvres laïques qu’il présida dans les années 1970. Il présida aussi l’Amicale laïque de La Garde et milita dans diverses organisations régionales.

Joueur de rugby depuis 1942, Victor Agostini était intéressé par la vie du Rugby Club toulonnais. Au début des années 1970, il entra dans l’équipe dirigeante du club qu’il présida de 1989 à 1991.

Après son décès, le siège de la FOL reçut le nom de Victor Agostini et fut donné au boulevard sur lequel il était implanté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24254, notice AGOSTINI Victor, Jean par Jacques Girault, version mise en ligne le 12 janvier 2009, dernière modification le 16 octobre 2019.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F7 15371. — Arch. Dép. Var, 18 M 43, Cabinet 735 1, 820. — Presse locale. — Notes de Jean-Marie Guillon. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément