AILLOUD Julien, Régis

Par Jean-Luc Marquer

Né le 12 mars 1906 à Montrigaud (Drôme), massacré le 19 juillet 1944 à Saint-Marcellin (Isère) ; ouvrier en chaussures ; victime civile

Julien, Régis Ailloud était le fils de Louis, Antoine, cultivateur, et de Marie, Pélagie Nublat, son épouse.
La famille habitait quartier de Combe-de-bât à Montrigaud (Drôme).
Il épousa Marie-Louise Rosand le 28 mai 1932 à Saint-Marcellin (Isère).
Le couple, qui avait une petite fille, habitait rue Saint-Laurent à saint-Marcellin. Il était ouvrier en chaussures et elle était blanchisseuse.
Le 19 juillet 1944, un convoi allemand stationna aux abords de la gare de Saint-Marcellin. Quelques militaires patrouillaient aux alentours.
Atteint de surdité, Julien Ailloud, qui revenait chez lui à bicyclette, n’entendit pas les sommations faites par un sous-officier. Ce dernier tira un coup de semonce qui alerta des soldats allemands qui se trouvaient dans la gare. Ceux-ci mirent en œuvre une mitrailleuse et tirèrent une rafale qui abattit Julien Ailloud devant le monument aux morts. Le sous-officier emprunta alors une bicyclette pour s’approcher de la victime et lui donna le coup de grâce.
Son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Marcellin.


Voir : Saint-Marcellin

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article242661, notice AILLOUD Julien, Régis par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 20 septembre 2021, dernière modification le 18 novembre 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression 3808 W 611 — AVCC Caen, AC 21 P 305572 (nc) — Geneanet — Mémorial GenWeb — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément