TANGARA Ba

Par Michelle Destour

Né en 1917 au Soudan français (auj. Mali), fusillé sommairement par des soldats allemands le 23 juin 1940 à Marclopt (Loire) ; sergent au 25ème Régiment de Tirailleurs sénégalais, 2ème bataillon, 6ème Compagnie, 3ème section, 9ème groupe de combat.

La plaque d’identité retrouvé sur Ba Tangara indiquait au recto : SRI Soudan, au verso : 1937-NU-32.228. L’acte de décès ne comporte aucun autre élément d’identité.

En 1940, les troupes allemandes arrivées dans la Loire entre le 19 et le 23 juin ne rencontrèrent çà et là qu’une résistance sporadique. Le 4 juillet 1940, conformément au traité d’armistice du 22 juin, elles se retirèrent du département situé en zone sud. Le 23 juin 1940, vers 15 heures, André Sorlin, garde-chasse à Marclopt (Loire), entendit des tirs puis deux détonations plus faibles, semblant venir des bois proches de son domicile au lieu-dit Grangeneuve. Se rendant sur les lieux quelques instants plus tard, il découvrit dans l’herbe foulée sur une dizaine de mètres, tout d’abord une chéchia puis le cadavre de deux soldats. Le visage recouvert de leur capote militaire, deux tirailleurs sénégalais qui gisaient là, qui avaient été fusillés et pour chacun, un projectile au moins avait été tiré à bout portant, leur défonçant la boite crânienne. Leurs vêtements avaient été fouillés mais quelques papiers et leur plaque d’identité militaire avaient été laissés sur place.

Accompagné par Monsieur Neyron de Saint-Julien, le garde-chasse fit part de sa découverte à Jean-Pierre Vially, maire de la commune de Marclopt, qui établit un procès-verbal des décès et fit procéder à l’inhumation des deux soldats dans le cimetière communal. Des enquêtes ultérieures menées en octobre 1944 pour le service du Mémorial de l’Oppression, il ressortit que des témoins avaient vu ce jour-là, sur la route nationale 82, entre Montrond-les-Bains (Loire) et Marclopt, des soldats allemands faire monter deux tirailleurs sénégalais dans un side-car après les avoir photographiés. L’un d’eux était Ba Tangara, l’autre se nommait Sankaré Mamadou.

Ba Tangara a été reconnu « Mort pour La France ». Son nom n’a été retrouvé sur aucun monument aux morts.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article242663, notice TANGARA Ba par Michelle Destour, version mise en ligne le 20 septembre 2021, dernière modification le 16 novembre 2021.

Par Michelle Destour

Sources : AVCC Caen : AC 21P158216 (nc) - Arch. Dép. du Rhône : Mémorial de l’Oppression, cote 3808W737 –Site Mémoire des Hommes – Site Mémorial GenWeb — État-civil de Marclopt -

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément