CANAPA Joseph, Marie

Par Jacques Girault

Né le 20 février 1939 à Toulon (Var) ; employé des PTT ; secrétaire de la fédération CGT du Var ; militant communiste à La Garde (Var).

Joseph Canapa
Joseph Canapa

Son père, Antoine Canapa, naquit à Saint-Florent (Corse) dans une famille de pêcheurs. Il devint manœuvre puis ouvrier à l’Arsenal maritime de Toulon et le quartier du Port marchand. Sympathisant communiste, il participa aux luttes des Résistants en Corse, puis, après la libération de l’île, rejoignit des membres de sa famille, résistants à Aups (Var). Il retrouva son emploi à l’arsenal.

Joseph Canapa, titulaire du certificat d’aptitude professionnelle obtenu au collège Rouvière, devint employé aux PTT (distribution). Syndiqué à la CGT depuis 1956, il était le secrétaire des jeunes postiers du syndicat CGT jusqu’en 1959. Il effectua son service militaire de 28 mois à partir d’avril 1959, dont 15 mois en Algérie comme soldat de deuxième classe dans l’Infanterie coloniale. Refusant de participer aux opérations militaires, il connut des emprisonnements. Considéré comme réfractaire, il fut relégué dans le Constantinois.

Agnostique, il se maria exclusivement civilement en janvier 1959 à Toulon avec Odette, Julie, Madeleine Poropane, future employée de la Sécurité sociale. Militante de la CGT, elle exerça des responsabilités au comité d’entreprise. Le couple eut un garçon.

Ils avaient milité ensemble dans les Jeunesses communistes. Son père, Georges Poropane, naquit à La Calle près de Bône (Algérie). Il devint ouvrier à l’Arsenal maritime de Bizerte (Tunisie). Adhérent au Parti communiste dès les années 1920, il fut un des responsables syndicalistes et un des dirigeants communistes en Tunisie. Il s’engagea dans les Brigades internationales. Mobilisé au début de la guerre, interné en Algérie, il y apprit l’espéranto. A la Libération, il était responsable en Tunisie de la CGT et du Parti communiste.

Joseph Canapa adhéra aux Jeunesses communistes en 1956 et au Parti communiste français en 1959. A son retour à la vie civile, il devint le secrétaire de la cellule communiste de la poste puis de la section communiste de Toulon. Membre du comité fédéral en juin 1962, il fut réélu à plusieurs reprises dans cette responsabilité. Il figurait sur la liste d’union de la gauche aux élections municipales de Toulon en 1963. Candidat communiste à l’élection cantonale (quatrième canton, Claret-Valbourdin), après être en troisième position avec 864 voix sur 10 782 inscrits, bénéficiant du désistement du candidat socialiste, il arriva en deuxième position au second tour, le 15 mars 1976, avec 1 862 voix. Il fut candidat par la suite en 1982 dans le canton du Mourillon.

A la fin des années 1970, les communistes varois furent chargés par le PCF d’aider les communistes grecs au moment de la dictature des colonels. Avec la complicité de plusieurs personnalités du monde du spectacles et politique, il participa, avec le dirigeant communiste varois Paul Argiolas, au convoyage de Mikis Théodorakis depuis l’île où il avait été assigné à résidence jusqu’en France. Ce dernier, devenu libre, donna par la suite son premier récital en France à Toulon.

Canapa devint secrétaire de la section CGT de la poste de Toulon. Habitant le quartier du Mourillon à Toulon jusqu’en 1995, il s’installa par la suite à La Garde, conservant ses responsabilités syndicales à Toulon jusqu’au milieu des années 1960. De 1968 à 1985, responsable de la Fédération postale CGT, il fut élu aux commissions paritaires départementales et régionales jusqu’à son départ à la retraite en 1994. Il resta membre de son syndicat par la suite.

A La Garde, il joua un rôle important dans la vie des communistes qui géraient la municipalité. Il était aussi actif dans le mouvement associatif local avant et après la perte de la municipalité en 2001. Il présida l’association départementale France-URSS de 1966 à 1987.

Joseph Canapa participa, avec sept autres militants communistes, à l’édition d’un livre pour l’association « Mémoire vivante des communistes dans le Var », vendu à 1500 exemplaires dont les bénéfices furent remis au journal l’Humanité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article242668, notice CANAPA Joseph, Marie par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 septembre 2021, dernière modification le 26 septembre 2021.

Par Jacques Girault

Joseph Canapa
Joseph Canapa

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 59 4 4. — Arch. de la Fédération communiste du Var. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément