CERCLÉRAT Georges, Gabriel

Par Jean-Luc Marquer

Né le 28 août 1920 à Villard-de-Lans (Isère), mort en tentant de traverser la rivière Isère en juillet ou août 1944, corps retrouvé le 15 septembre 1944 à Chatuzange-le-Goubet (Drôme) ; bûcheron ; résistant de l’Armée secrète (AS).

Georges, Gabriel Cerclérat était le fils de Léon, Eugène et de Marie, Eugénie Bonnard.
Ses parents se marièrent en 1933.
En 1944, il épousa Marie, Thérèse Callet. Bûcheron, il habitait à Saint-Marcellin (Isère).
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs du maquis du Vercors, secteur 8 de l’AS-Isère.
Tentant de quitter le massif après l’ordre de dispersion du 23 juillet 1944, il trouva la mort en essayant de traverser la rivière Isère, sans que l’on sache s’il se noya ou s’il fut abattu par l’ennemi.
Son corps fut retrouvé au barrage de Pizançon à Chatuzange-le-Goubet (Isère) le 15 septembre 1944.
Gabriel Cerclérat obtint la mention « Mort pour la France ».
Il fut inhumé à Saint-Marcellin.
Son nom figure sur le monument aux morts de Saint-Marcellin (Isère).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article242854, notice CERCLÉRAT Georges, Gabriel par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 11 octobre 2021, dernière modification le 12 octobre 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 19 P 38/16 ; GR 16 P 114889 (nc). — AVCC, Caen, AC 21 P 40492 (nc). — Mémoire des hommes. — Geneanet. — Mémorial GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément