LHOMMOND Jean [Pseudonyme dans la Résistance : Fred]

Par Dominique Tantin

Né le 2 novembre 1911 à Coubjours (Dordogne), exécuté sommairement le 18 août 1944 à Rosiers-d’Égletons (Corrèze) ; professeur ; lieutenant dans les Francs-Tireurs et Partisans (FTP).

Stèle commémorative au bord de la RN 89, à l’embranchement de la route du hameau ’Le Doustre’, au sud-ouest du bourg,
Stèle commémorative au bord de la RN 89, à l’embranchement de la route du hameau ’Le Doustre’, au sud-ouest du bourg,
Crédit :MémorialGenWeb

Le patronyme de Jean Lhommond (vérifié sur le recensement de sa commune natale) est souvent transcrit par erreur Lhomond, y compris, semble-t-il, sur des plaques et stèles à sa mémoire. Il était le fils d’un couple de cultivateurs, Pierre, né en 1881, et son épouse prénommée Marie, née en 1887. Il était le second d’une fratrie de sept enfants (Léonie, 1909 ; Marthe, 1910 ; Joseph, 1913 ; Gaston, 1916 ; Jeanne Thérèse, 1918 ; Pierre, 1920).

En 1944, il exerçait le métier de professeur à l’école d’agriculture de Neuvic (Corrèze). Il avait rejoint les rangs de la Résistance, d’abord organisateur des comités de défense et d’action paysanne dans la région de Neuvic. Devenu lieutenant FTP, alias Fred, il commandait le 16e bataillon statique.

Lors de la bataille d’Égletons (14-20 août 1944), alors qu’il circulait à moto, il fut surpris à la Croix-du-Pouget à Palisse (Corrèze) par des éléments de la colonne Jesser envoyés en renfort pour secourir un bataillon du 194e régiment de sécurité de la Wehrmacht encerclés par les maquisards à Égletons (Corrèze) dans le bâtiment de l’Ecole nationale professionnelle.

Il fut abattu le 18 août au lieu-dit Le Doustre, sur la commune du Rosiers-d ’Égletons où son corps fut retrouvé trois semaines plus tard criblé de balles. Au même endroit, la veille, Adolphe Cogan* avait été exécuté. Leurs noms sont gravés sur une stèle érigée sur le lieu de leur supplice.

Jean Lhommond fut homologué FFI. Son nom est inscrit sur le monument aux Morts et sur le Monument commémoratif aux Résistants et Maquisards à Neuvic où le Musée départemental de la Résistance Henri-Queuille fut inauguré le 4 mai 1982 par le président François Mitterrand en présence de Jacques Chirac, alors député de la circonscription. Le 4 juin 2017, une plaque à la mémoire de Jean Lhommond fut inaugurée à la Croix-du-Pouget à Palisse.


Voir Égletons (Corrèze), 14-20 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article242871, notice LHOMMOND Jean [Pseudonyme dans la Résistance : Fred] par Dominique Tantin , version mise en ligne le 2 octobre 2021, dernière modification le 2 octobre 2021.

Par Dominique Tantin

Stèle commémorative au bord de la RN 89, à l'embranchement de la route du hameau 'Le Doustre', au sud-ouest du bourg,
Stèle commémorative au bord de la RN 89, à l’embranchement de la route du hameau ’Le Doustre’, au sud-ouest du bourg,
Crédit :MémorialGenWeb

SOURCES : Service historique de la Défense, Vincennes Vincennes GR 16 P 371538 (nc). — Maquis de Corrèze, 150 combattants et témoins, Paris, Edition Sociales, 1975, p. 506 et 524. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Coubjours, recensement 1921 (Arch. Dép. Dordogne en ligne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément