OLIVERO Pierre [Pseudonyme dans la Résistance : OUDARD]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 26 juillet 1920 à San Damiano (Italie), mort par suicide ou des suites de blessures infligées par la police allemande le 14 décembre 1943 à Vizille (Isère) ; employé en soieries ; résistant de l’Armée secrète (AS), homologué sous-lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Pierre OLIVERO
Pierre OLIVERO
Photo : André Lanvin-Lespiau, Mémorial GenWeb, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Pierre Olivero était le fils de Jean et de Marie Bercia, son épouse.
Célibataire, employé en soieries, il habitait rue Jules Ferry à Vizille (Isère) où résidait également sa mère, veuve, et au moins un de ses frères, Alfred, qui fit établir l’acte de décès.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs des groupes francs de l’AS-ORA de l’Isère.
Ses services sont homologués à partir du 1er janvier 1943.
Il était chef du groupe franc de Vizille.
Il fut arrêté par la police allemande le 12 décembre 1943 à Vizille.
Remis en liberté et revenu à son domicile, il se suicida ou mourut le 14 décembre 1943 des suites des tortures infligées par les Allemands, selon les sources.
Pierre Olivero fut homologué résistant, sous-lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur avec prise de rang le 1er décembre 1943.
Son nom figure sur le Mémorial du maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet (Isère).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243096, notice OLIVERO Pierre [Pseudonyme dans la Résistance : OUDARD] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 20 octobre 2021, dernière modification le 18 novembre 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Pierre OLIVERO
Pierre OLIVERO
Photo : André Lanvin-Lespiau, Mémorial GenWeb, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 104132 (nc). — SHD, Vincennes, GR 19 P 38/3 et GR 16 P 449796 (nc). — Mémoire des hommes. — Geneanet. — Mémorial GenWeb. — JORF Gallica. — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément