GENESTIER Michel, Raymond, Henri

Par Jacques Girault

Né le 13 août 1936 aux Hays (Jura) ; professeur ; militant syndicaliste ; militant communiste dans le Doubs.

Fils d’instituteurs, Michel Genestier, frère de Pierre Genestier*, étudiant à la Faculté des Lettres de Paris, devint professeur agrégé d’histoire et géographie au lycée Cuvier à Montbéliard (Doubs). Après son service militaire comme sergent à Besançon (1963-1964), il se maria en juillet 1958 à Dôle (Jura) avec Josette, Anne, Marie, Magdeleine Gaffiot, née le 27 avril 1938 à Rahon (Jura), institutrice communiste, fille d’un artisan mécanicien et d’une institutrice communiste à Sciez (Haute-Savoie). Le couple avait trois enfants en 1970.

Étudiant à l’Institut de préparation à l’enseignement secondaire, Genestier adhéra au Syndicat national de l’enseignement secondaire en 1959. Secrétaire de la section syndicale (S1) du lycée Cuvier, membre de la commission administrative et du bureau de la section académique (S3) du SNES, il était secrétaire adjoint de la section du Pays de Montbéliard de la Fédération de l’éducation nationale.

Membre de l’Union des étudiants communiste, Genestier fit partie du comité national de l’UEC en 1957. Il adhéra au Parti communiste français en 1956 à Paris et entra à la commission de contrôle financier de la fédération communiste du Jura en 1962-1963. Secrétaire de sa cellule et de la section communiste de Montbéliard, il entra au comité de la fédération communiste du Doubs en 1970. Membre de la commission d’organisation, il ne fut pas renouvelé en 1974.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24311, notice GENESTIER Michel, Raymond, Henri par Jacques Girault, version mise en ligne le 18 janvier 2009, dernière modification le 18 janvier 2009.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément