EMBRY Maurice

Par Jacques Girault

Né le 30 mai 1927 à Saint-Amans (Aude) ; professeur ; syndicaliste SNES et militant communiste de l’Aude.

Fils d’un instituteur socialiste et d’une institutrice votant communiste, Maurice Embry, licencié-ès-lettres, titulaire d’un diplôme d’études supérieures, après avoir obtenu le CAPES, effectua son service militaire dans l’infanterie de marine qu’il termina avec le grade de sergent-chef. Il s’était marié avec un professeur, fille d’instituteurs socialistes, membre du Parti communiste français. Le couple avait quatre enfants.

Embry, professeur au lycée Sabatier à Carcassonne (Aude), adhérent du Syndicat national de l’enseignement secondaire depuis 1950, était au milieu des années 1960 secrétaire de la section départementale (S2), du SNES jusqu’en 1972, restant par la suite dans son bureau. Il était aussi membre du bureau de la section départementale de la Fédération de l’éducation nationale.

Maurice Embry adhéra au PCF en 1967. Membre du comité de la section communiste de Carcassonne, il entra au comité de la fédération communiste en 1969 et en était toujours membre en 1974, quand la conférence fédérale l’élut au comité fédéral de contrôle financier où il resta jusqu’en 1979, année où il demanda à ne pas être représenté. Le 22 octobre 1969, lors d’une réunion du comité fédéral, se discuta l’attitude à tenir face aux analyses de Roger Garaudy. Avec cinq autres militants, tous enseignants, il refusa de prendre part au vote la résolution condamnant Garaudy.

En 1982, le PCF le présenta, au conseil général dans le canton de Saint-Hilaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24313, notice EMBRY Maurice par Jacques Girault, version mise en ligne le 18 janvier 2009, dernière modification le 18 janvier 2009.

Par Jacques Girault

SOURCE : Arch. comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément