EMOND Jean, Henri, Paul

Par Paul Foulet

Né le 26 janvier 1906 à Bourges (Cher), mort en déportation le 13 avril 1944 [11 sur l’état civil] à Buchenwald (Allemagne) ; professeur d’histoire ; militant socialiste SFIO du Loir-et-Cher ; résistant déporté.

Fils de Lucien Émond, chef d’atelier aux établissements militaires et d’une mère institutrice, Isabelle née Souchois (elle-même fille d’un plâtrier), Jean Émond prépara avec succès en Sorbonne la licence d’histoire et le diplôme d’études supérieures. Il se maria, en avril 1934, à Paris Ve arr., avec France Nesire. Il débuta au lycée de Vendôme (Loir-et-Cher) comme professeur adjoint en janvier 1937.

Membre des Jeunesses socialistes alors qu’il était étudiant à Paris, Jean Émond entra à la section socialiste SFIO de Vendôme ; il en devint le secrétaire et appartint au bureau de la fédération départementale SFIO.

Non mobilisé pour faiblesse de constitution, il mena plus tard une action de résistance et aida les réfractaires au Service du travail obligatoire (STO). Victime d’une dénonciation, il fut arrêté en novembre 1943 avec son père, Lucien Émond, sa femme et d’autres Vendômois. Déporté, Jean Émond mourut à Buchenwald en avril 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24322, notice EMOND Jean, Henri, Paul par Paul Foulet, version mise en ligne le 18 janvier 2009, dernière modification le 18 janvier 2009.

Par Paul Foulet

SOURCES : Livre d’Or de l’enseignement public de Loir-et-Cher. — Renseignements fournis par France Émond. — État civil de Bourges : la mention marginale de décès inscrite à la demande du ministère des Anciens combattant en octobre 1946 indique la date de décès du 11 avril 1944, mais cette date n’a qu’un caractère indicatif.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément