MAUZON Lucien, Jean, Baptiste [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 3 avril 1875 à Paris (XXe arr.) ; garçon boucher, couvreur ; déserteur, anarchiste parisien.

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

Lucien Mauzon fut arrêté le 23 mars 1894. Il était libéré le 9 avril 1894.Son dossier à la Préfecture de police portait le n°209.269.
Il tira au sort lors de la classe 1895 et fut déclaré « bon pour le service ».
Il figurait sur l’état récapitulatif des anarchistes au 31 décembre 1896, il demeurait 20 rue des Pavillons.
A partir du 14 novembre 1896, il fut soldat de 2e classe au 26e régiment d’infanterie. Après être passé par la 2e compagnie de discipline, il était affecté au 3e régiment de zouaves le 21 avril 1899.
Il fit la campagne d’Algérie du 23 juillet 1898 au 20 août 1900, et envoyé en congé le 22 septembre 1900, le certificat de bonne conduite lui étant refusé.
Le 3 septembre 1901, il était condamné à 6 mois de prison avec sursis, par la 8e chambre de la Seine, pour vol.
Sur l’état récapitulatif des anarchistes de 1901, il était porté disparu.
Le 22 février 1902, il se mariait à Paris (XXe arr.) avec Augustine, Marie Jean, mécanicienne. Il habitait à Paris, rue de la Duée.
Le 6 octobre 1902, il ne répondit pas à la convocation, pour une période de 28 jours au 14e régiment de zouaves de Rosny.
Le 12 mai 1902, la cour d’appel de Paris le condamnait pour vol à 3 ans de prison et à 5 ans d’interdiction de séjour.
Le 28 février 1911, la 9e chambre du tribunal correctionnel le condamnait à 3 mois de prison pour infraction à interdiction de séjour.
Le 21 mai 1911, il était classé dans le service auxiliaire pour « astigmatisme, hypermétropie, strabisme »
Le 2 juin 1911, il était condamné à 20 jours de prison pour insoumission.
Le 30 novembre 1912, la cour d’appel de Paris le condamnait à trois mois de prison pour vol.
Il fit la campagne contre l’Allemagne du 15 avril 1915 au 19 août 1917.
Il manqua à l’appel du 17 août 1917 et fut déclaré déserteur.
Arrêté par la police le 26 octobre 1917, il était condamné le 20 décembre 1917 par le conseil de guerre à deux ans de travaux publics pour désertion en temps de guerre.
Le 27 février 1918, il fut affecté au à l’atelier de travaux publics d’Orléansville (Algérie).
Il fut envoyé en congé illimité le 15 mars 1919. Le 21 mai 1920, il était réformé pour invalidité de 50% (réduction de la vision, paludisme).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243278, notice MAUZON Lucien, Jean, Baptiste [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 22 octobre 2021, dernière modification le 22 octobre 2021.

Par Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES :
Archives de la Préfecture de police Ba 1500 — Les anarchistes contre la république de Vivien Bouhey. Annexe 56 : les anarchistes de la Seine — Archives de Paris D4R1 834, Seine-et-Oise, 1er bureau, Matricule : 4560. État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément