PERRONO François [Jean, François]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 28 mai 1884 à Guénin (Morbihan), abattu le 16 avril 1944 à Guénin ; menuisier ; victime civile.

Sur la façade de l’ancien café Le Tutour

François Perrono était le fils de Joseph Marie Perrono, tailleur d’habits, et de Vincente Deboise, ménagère. En 1904 il avait été incorporé au 35e Régiment d’Infanterie de Lorient (Morbihan). Libéré de ses obligations militaires en 1907, il avait épousé Anne Robic, couturière, le 16 mai 1908 à Guénin, où le couple était domicilié. Rappelé sous les drapeaux le 2 août 1914, il a été cité à l’ordre de son régiment comme « excellent soldat, très courageux, blessé grièvement le 4 octobre 1914 en alertant sa section qu’une attaque allemande manquait de surprendre ».

Au printemps 1944, alors que se multiplient des actions résistantes dans le Morbihan, les troupes d’occupation ripostèrent par des arrestations et des exécutions de résistants, et aussi par des actes violents touchant la population civile.
Le dimanche 16 avril 1944, François Perrono était attablé au café Le Tutour, place de l’église à Guénin où il jouait aux cartes. Des soldats allemands sortirent leurs armes. François Perrono fut tué à bout portant et deux autres consommateurs furent grièvement blessés.

L’acte de décès numéro 20 dressé le 17 avril 1944 à l’état civil de Guénin déclare « Jean François Perrono décédé en son domicile lieu-dit Le Bourg le seize avril b1944 à seize heures ».

François Perrono a été reconnu « Mort pour la France » le 2 novembre 1945.

À Guénin, une plaque commémorative a été apposée sur la façade de l’ancien café Le Tutour où François Perrono a été abattu, qui porte l’inscription :
« Ici
PERRONO François
Tué aux allemands
le 16 avril 1944
ancien combattant G. mutilé
de 14-18. 1884-1944 »

Il figure sur la liste des « Victimes civiles 1939-1945 » du monument aux morts communal sur lequel est aussi inscrit le nom de son fils Julien Marie, né le 8 janvier 1912, soldat au 271e RI tué au combat le 16 mai 1940 à Kapelle aux Pays-Bas.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243343, notice PERRONO François [Jean, François] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 25 octobre 2021, dernière modification le 25 novembre 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

François Perrono
François Perrono
SOURCE : Histoire et patrimoine de Baud
Sur la façade de l’ancien café Le Tutour
Sur le monument aux morts de Guénin
Sur le monument aux morts de Guénin
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 385981. — Arch. Dép. Morbihan, registres matricules R1949 matricule 1113. — " Crimes commis par les Nazis pendant l’occupation. Canton de Baud ", Ami entends-tu... Journal de la Résistance morbihannaise , ANACR-Morbihan, numéro 16, 2e semestre 1971. — Daniel Cheyrouze, " Les sombres journées de Guénin 16 et 17 avril 1944 " (photo), Histoire et patrimoine de Baud, numéro 8, 2014. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Informations communiquées par Thierry Conanec (photo). — Mémorial GenWeb. — État-civil, Guénin (actes de naissance, de mariage et de décès).

Version imprimable Signaler un complément