BOUDARD Marcel, Jean, Marie

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 20 juillet 1920 à Cournon (Morbihan), fusillé vers le 31 juillet 1944 à Port-Louis (Morbihan) ; cultivateur ; résistant.

Marcel Boudard
Marcel Boudard
SOURCE : AVCC, Caen

Marcel Boudard était le fils d’Eugène Boudard, cultivateur à La Boissière en Cournon, et de Rose Marie Josèphe Dallerac. Célibataire, il était domicilié chez ses parents à Cournon et participait aux travaux de la ferme.

Marcel Boudard a été arrêté le 3 juin 1944 par des miliciens bretons et des feldgendarmes à Cournon en même temps que deux autres jeunes de Cournon, Albert Plantard, cultivateur au Vieux-Bourg, et Jean Le Blet, domestique de culture. Ils ont été détenus successivement à La Gacilly du 3 au 6 juin, à Ploërmel du 6 au 9, puis à Guémené (Guémené-sur-Sorff) avant d’être incarcérés jusqu’à la mi-juin à la prison de Vannes. Transférés à la citadelle de Port-Louis, ils furent traduits devant le tribunal militaire allemand qui y siégeait. Albert Plantard et Jean Le Blet furent condamnés à une peine d’emprisonnement et furent détenus sur l’île de Groix, d’où ils parvinrent à s’échapper le 16 décembre 1944 avec la complicité de pêcheurs.

En mai 1945, le père de Marcel Boudard, ne reconnaissant aucun vêtement qui lui était présenté, n’a pu identifier le corps de son fils parmi les soixante-neuf cadavres découverts dans les décombres du stand de tir de la citadelle de Port-Louis. Marcel Boudard a alors été considéré comme disparu en déportation et son nom a été inscrit sur la base de données des morts en déportation établie par le Service historique de la Défense de Caen, qui n’indique ni le lieu, ni la date de son décès.

Le 9 octobre 1946, le père de Marcel Boudard a déclaré dans une lettre adressée au ministère des Anciens combattants et victimes de guerre que son fils avait été arrêté par les Allemands à son domicile le 3 juin 1944 avec comme motif « détention d’armes polonaises et maquis », et que la dernière lettre qu’il avait reçue de son fils détenu à la prison de Vannes était datée du 15 juin 1944.
Le 30 novembre 1946, le Service de l’état civil du ministère des Anciens combattants et victimes de guerre a délivré un acte de disparition au nom de Marcel Boudard « Arrêté le 3 juin 1944. Déporté à Port-Louis. Dernières nouvelles 16 juin 1944 ».

Le 14 avril 1947, un jugement du tribunal civil de Vannes, transcrit à l’état civil de Cournon le 17 juin 1947, a déclaré Marcel Boudard « décédé vers le 31 juillet 1944 à Port-Louis », en précisant qu’il avait été « déporté à la citadelle de Port-Louis », sans faire mention d’une exécution.

Selon les témoignages d’Albert Plantard et de Jean Le Blet recueillis le 22 décembre 1947 par François Resnais, inspecteur de police à la 13e Brigade de police régionale de Rennes, dans le cadre de l’enquête sur les crimes de guerre perpétrés à la citadelle de Port-Louis, Marcel Boudard qui avait été trouvé en possession d’une arme a été condamné à mort et, sitôt la sentence prononcée, séparé d’eux et enfermé dans la cellule des condamnés à mort. Ces témoignages et le minutieux travail d’investigation mené en 2019-2020 par le Centre d’animation historique du pays de Port-Louis dans les archives et auprès de la famille de Marcel Boudard, permettent d’acter que Marcel Boudard a bien été fusillé à Port-Louis.

Marcel Boudard a été reconnu « Mort pour la France ».

Il figure sur le monument aux morts de Cournon.

En 2021, une plaque a été apposée par la Ville de Port-Louis au cœur du Mémorial des fusillés de la Citadelle, sur laquelle sont inscrits les noms de Marcel Boudard et de trois autres fusillés inconnus, Joseph Justum, Joseph Le Meste et Joseph Quéret, dont les corps n’avaient pu être identifiés en 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243482, notice BOUDARD Marcel, Jean, Marie par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 2 novembre 2021, dernière modification le 10 janvier 2022.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Marcel Boudard
Marcel Boudard
SOURCE : AVCC, Caen
Le mémorial des fusillés de Port-Louis
Le mémorial des fusillés de Port-Louis
SOURCE :
Photo Jean-Pierre et Jocelyne Husson
La plaque apposée le 23 mai 2021
La plaque apposée le 23 mai 2021
SOURCE : Françoise Le Louër

SOURCES : AN, dossier 19870502/21/1, liasse 19209/9318, exécutions à la citadelle de Port-Louis, c/ Schmuch, Sonnenburg, Wenzlaff. — SHD, Caen, AC 21 P 428 883. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978, p.298 — Mémorial GenWeb. — État civil, Cournon (acte de naissance et transcription du jugement déclaratif de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément