PEIGNON Louis [prêtre-ouvrier]

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 26 janvier 1927 à Nantes (Loire-Atlantique), mort le 27 juin 2013 à Montluçon (Allier) ; prêtre-ouvrier ; militant de la CGT.

Photothèque IHS CGT de l’Allier, auteur Didier Ciancia, 2012.

Quatrième enfant d’une famille composée de neuf frères et sœurs, Louis Peignon naquit dans le quartier de Doulon, à Nantes. Issu d’une famille pratiquante et engagée, son père fut disciple de Marc Sangnier et défila avec le Front populaire.
Il entra, à dix ans, au petit séminaire de Conflans. Après deux années de philosophie à Issy-les-Moulineaux, il entra, en 1948, au séminaire de Lisieux puis à celui de Limoges. Ses origines familiales le classèrent parmi les ruraux, il devint ouvrier agricole. Il fut ordonné prêtre, en 1956.
Au plus fort de la crise avec Rome, il s’engagea comme prêtre-ouvrier dans les années cinquante. Syndicaliste passionné, Louis Peignon fut un militant du monde ouvrier, « j’ai découvert que le syndicat et la CGT, dont il fera partie jusqu’au dernier jour, est un remarquable outil aux mains des travailleurs. » Il travailla dans une entreprise de maçonnerie, tout en ayant la responsabilité pastorale de quatre villages. En 1965, il rejoint l’Ariège. Il embaucha à Péchiney pour la restauration des briques réfractaires. C’est là qu’il vécut les évènements de Mai 68. En 1969, Louis Peignon fut envoyé en Touraine, il s’embaucha à la « Sabla », fabricant de pièces en béton armé. Élu délégué du personnel sur la liste CGT, il finit par trouver un poste sur le site de fabrication. Dans ce grand groupe de 24 usines, il fut délégué du personnel, délégué syndical et secrétaire du comité d’entreprise. Sportif, il pratiqua le football dans une équipe locale où il put rencontrer, sur les stades, la jeunesse des villages.
En 1994, comme prévu, il quitta la Touraine. Il choisit Montluçon à cause de son ami, Paul Mouraud dont il se sentait proche par son parcours Mission de France et ses engagements politiques et syndicaux. Il obtint un logement à la cité Dunlop. Il s’engagea rapidement dans de multiples secteurs : la CNL (syndicat des locataires), Amitié-Nature (Club de loisirs et de marche), le Cercle Condorcet (amicale de réflexion et de défense de la laïcité), l’amicale de pétanque des Marais. Durant plusieurs années il accompagna une équipe de l’Action catholique ouvrière de retraités (ACO). Mais il finit par se lasser, les jugeant pas assez militants, pas assez en solidarité avec le monde ouvrier montluçonnais fortement marqué par la CGT et le parti communiste.
À la fin de sa vie, il s’interrogea sur l’avenir des prêtres-ouvriers et l’absence de relève.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243562, notice PEIGNON Louis [prêtre-ouvrier] par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 6 novembre 2021, dernière modification le 8 novembre 2021.

Par Jean-Noël Dutheil

Photothèque IHS CGT de l’Allier, auteur Didier Ciancia, 2012.

SOURCES : Nécrologie L’équipe épiscopale de la mission de France, 1er juillet 2013. — bulletin de l’UD CGT de l’Allier Echo Flash n° 229, août 2013. — La Montagne, 2 juillet 2013. — Témoignage Michel Depresle, secrétaire de l’UL CGT de Moulins, 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément