DESPLACES Marcel, Sébastien, Henry [Pseudonyme dans la Résistance : Jim]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 1er mars 1924 à Villeurbanne (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon), sommairement exécuté le 24 août 1944 à Décines-Charpieu (Isère, aujourd’hui métropole de Lyon) ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’intérieur et interné résistant (DIR).

Monument Décines-Charpieu (Métropole de Lyon)
Monument Décines-Charpieu (Métropole de Lyon)
Photo : Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Marcel, Sébastien, Henry Desplaces était le fils d’Auguste et d’Anne-Marie Chenaffe.
Célibataire, il habitait avec ses parents, 28 avenue Auguste-Blanqui à Villeurbanne (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon).
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs des Groupes Francs de l’Armée secrète du Rhône. Ses services sont homologués à partir du 1er mars 1943.
Le 24 août 1944 débutèrent les combats pour la libération de Villeurbanne. Marcel Desplaces, Eugène et Rolland Danvaux prirent place dans une voiture conduite par Tite Marzioni, dit Otello. Ils se rendirent à Meyzieu (Isère, aujourd’hui Métropole de Lyon) pour y récupérer des armes.
Sur le chemin du retour, le véhicule se heurta à un barrage de l’armée allemande installé sur la route départementale 6, à l’entrée de Décines-Charpieu (Isère, aujourd’hui Métropole de Lyon) au lieu-dit La Réserve. En fonçant dessus, la voiture se renversa. Un engagement s’ensuivit qui coûta la vie à neuf Allemands.
Trois des quatre hommes parvinrent à s’extraire du véhicule.
Rolland Danvaux et Tite Marzioni moururent criblés de balles. Marcel Desplaces, blessé, se retrancha dans un champ voisin. Il put riposter puis, à court de munitions, fut sommairement exécuté.
Eugène Danvaux, blessé et resté dans la voiture, continua sporadiquement à tirer des rafales de pistolet-mitrailleur jusqu’à ce qu’il meure, environ une demi-heure après son fils et ses camarades.
Marcel Desplaces obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur, et interné résistant (DIR).
Il fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 3 janvier 1946 publié au JO du 13 janvier 1946.
Son nom figure sur une stèle érigée sur le lieu de leur mort à Décines-Charpieu et sur le monument aux morts 1939-1945 de Villeurbanne.
Une rue de Meyzieu porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243604, notice DESPLACES Marcel, Sébastien, Henry [Pseudonyme dans la Résistance : Jim] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 20 novembre 2021, dernière modification le 20 décembre 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Monument Décines-Charpieu (Métropole de Lyon)
Monument Décines-Charpieu (Métropole de Lyon)
Photo : Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 118615 et AC 21 P 633976 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 180289 (nc) ; GR 19 P 69/4 p. 6. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb. — [https://uneautrehistoire.blog4ever.com/la-2e-guerre-mondiale-dans-le-rhone-1944] — Geneanet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément