BOULANGER Georges,

Par Philippe Pauchet

Né le 28 août 1921 à Longueau (Somme) ; employé SNCF ; membre des Jeunesses communistes ; résistant déporté.

Georges Boulanger résidait à Longueau. Manœuvre en bâtiment, il devint employé à la SNF en 1942. Membre des Jeunesses Communistes de 1936 à 1939, il fut contacté par Clotaire Choquet qui lui fit rejoindre le groupe reconstitué clandestinement. En 1941, il rencontra Gilbert Catelas (neveu du député Jean Catelas) qui lui fit intégrer les FTPF.
Georges Boulanger organisa une section à Longueau en liaison avec André Lalou.
Il entreprit une série de sabotages : sablage des boîtes à essieux, changement des destination de convois par interversion des étiquettes, immobilisation de la plaque tournante d’une rotonde provoquant le déraillement d’une locomotive.
Georges Boulanger effectua plusieurs transports de mines anti-chars à Fouencamps (Somme) afin de les faire tarauder et d’y adapter un détonateur, (deux d’entre-elles furent utilisées pour l’attentat contre la Soldatenheim d’Amiens (Somme) le 25 décembre 1942). Il effectua aussi la distribution de tracts et de journaux clandestins.
Le 14 janvier 1943, il fut arrêté avec le groupe des Jeunesses Communistes de Longueau par la 21e brigade de Saint-Quentin (Aisne) sous les ordres du commissaire Chevalier.. Il fut condamné , le 3 avril, à un an de prison et 12 000 francs d’amende pour propagande communiste par le Section Spéciale de la Cour d’Appel d’Amiens.
Interné à Amiens, il fut transféré à Compiègne au bout de neuf mois puis déporté à Buchenwald en janvier 1944.
Libéré le 11 avril 1945, Georges Boulanger était titulaire de la carte de combattant de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243634, notice BOULANGER Georges, par Philippe Pauchet, version mise en ligne le 9 novembre 2021, dernière modification le 9 novembre 2021.

Par Philippe Pauchet

SOURCES : SHD, Vincennes, 16P 9518. — Arch. Dép. Seine, 79W 101/936.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément