PICHON Albert, Armand Alias l’Aveugle au maquis

Né le 14 décembre 1922 à Beuzeville (Eure), fusillé le 13 août 1944 à Angerville-la-Campagne (Eure) ; FFI ; membre du maquis Surcouf.

Plaque sur l’église de Beuzeville rappelant l’arrestation du 6 août 44 et le martyre de cinq maquisarts du Surcouf
Plaque sur l’église de Beuzeville rappelant l’arrestation du 6 août 44 et le martyre de cinq maquisarts du Surcouf

Maquisard, arrêté sur dénonciation du traître "Georgius" à Beuzeville (Eure) le 6 août 44 par la Gestapo et un groupe d’action des Brigades Antiterroristes (police de Rouen). Torturé à Beuzeville puis à la prison d’Évreux. Fusillé avec neuf autres prisonniers de la centrale d’Évreux lors d’un simulacre de libération dans une clairière de l’orée de la forêt d’Évreux au village d’Angerville-la-Campagne au sud d’Évreux.
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué interné résistant (DIR).
Le nom d’Albert Pichon figure sur une plaque commémorative située côté nord de l’église de Beuzeville (Eure). La plaque comporte cinq noms de maquisards du Surcouf qui furent arrêtés et torturés en ce lieu le 6 août 1944, puis fusillés le 13 août à Angerville-la-Campagne.
Albert Pichon n’a pas été inhumé au carré du maquis Surcouf, situé au cimetière communal de Pont-Audemer parmi 18 maquisards tués du Surcouf. En effet, suivant le cas, les familles des résistants souhaitaient qu’ils soient inhumés dans le cimetière de leur village d’origine.
Site d’exécution : Angerville-la-Campagne (Eure). Les dix fusillés du 13 août 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243648, notice PICHON Albert, Armand Alias l'Aveugle au maquis, version mise en ligne le 10 novembre 2021, dernière modification le 13 novembre 2021.
Plaque sur l'église de Beuzeville rappelant l'arrestation du 6 août 44 et le martyre de cinq maquisarts du Surcouf
Plaque sur l’église de Beuzeville rappelant l’arrestation du 6 août 44 et le martyre de cinq maquisarts du Surcouf
Monument-Stèle aux dix fusillés d' Angerville-la-Campagne
Monument-Stèle aux dix fusillés d’ Angerville-la-Campagne

SOURCES : Service historique de la défense, Vincennes GR 16 P 475723 (nc). —
AVCC- SHD, Caen, AC 21 P 660639 (nc). — Mémoire des hommes. — Mémorial Genweb : voir à Eure, Pont-Audemer, maquis Surcouf. — Raymond Ruffin Les Lucioles de ma nuit - Le maquis Surcouf en Normandie à Presses de la Cité 1976.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément