VALENTIN René, Georges

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 3 février 1901 à Vexaincourt (Vosges), exécuté sommairement le 3 septembre 1944 à Natzwiller (Bas-Rhin) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI) homologué DIR.

René Valentin était le fils de Louis et de Marie Mangin.
Adjudant-chef au 2e B.C.P. pendant la campagne de 1939/40, il fut fait prisonnier le 19 juin 1940. Rapatrié sanitaire le 1er janvier 1941, il fut démobilisé le 11 janvier 1941. Il est noté sur la fiche matricule, que l’intéressé doit également être considéré comme ayant été maintenu jusqu’au 03/02/1941 date à laquelle ayant 40 ans d’âge et comptant plus de quinze ans de service, il devait être rayé des contrôles de l’activité et admis au bénéfice d’une pension de retraite en application de la loi du 25/08/1940. Il entra dans la résistance au Groupement III des Vosges, Groupe mobile d’Alsace-Vosges (GMA), où ses services furent homologués du 1er juin au 28 août 1944. Il commandait la 6e centurie et fut arrêté par les Allemands lors d’un parachutage au Donon et interné au camp de Schirmeck le 23 août. René Valentin se serait lui-même dénoncé pour stopper la tournure de plus en plus dangereuse pour la population du village des recherches menées à son encontre. Dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, il fut transféré par camion avec 34 autres camarades du GMA au camp du Struthof où ils furent assassinés d’une balle dans la nuque puis incinérés au crématoire du camp.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR) et fut homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Il reçut la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 30/09/1959 publié au JO le 07/10/1959. Par arrêté du secrétaire d’État à la défense chargé des anciens combattants en date du 29 mars 2001 et publication au J.O.R.F. le 23 juin 2001, il obtint la mention « Mort en déportation » le 3 septembre 1944.
Il est cité dans le "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. Tome 3 page 373.
Son nom figure sur la plaque commémorative du Groupe Mobile Alsace-Vosges au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) et sur les monuments aux morts, à Moussey et Vexaincourt (Vosges).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243710, notice VALENTIN René, Georges par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 13 novembre 2021, dernière modification le 13 novembre 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, SHD, Vincennes, GR 582753 (nc) et GR 19 P 88/7 page 54.— Résistance et Déportation dans la vallée du Rabodeau Le maquis que l’Histoire avait oublié, La réaction allemande, 30 janvier 2007, par Gérard.— Cité par Guy Caraes Le réseau Alliance, éditions Ouest-France, Rennes, 2021, page 487.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément