NOUDELBERG Adolphe alias Philippe dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 9 juin 1921 à Paris (ex Seine), XI° arr., mort le 28 juillet 2017 à Yerres (Essonne) ; résistant au sein des Mouvements unis de la Résistance (MUR) puis des Francs-tireurs et Partisans (FTP) ; fondateur du maquis de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme).

Portrait d’Adolphe Noudelberg à la Libération

Adolphe Noudelberg vivait à Paris et se maria avec madeleine Bourgeot. Il eut deux fils et une fille, nés à partir de 1941.
A une date inconnue, il a quitté la région parisienne et a rejoint le maquis des Grands Bois (camp Nestor-Perret) des Mouvements unis de la Résistance (MUR) le 8 septembre 1943. Le camp ne comptait alors que 4 hommes.
Adolphe Noudelberg quitta le maquis Nestor Perret le 1er avril 1944 car il trouvait ce camp trop attentiste et souhaitait participer à de réelles actions contre l’occupant. Un seul homme le suivit, Pierre Maraval, un communiste.
C’est à la suite de ce départ autorisé par son chef qu’Adolphe Noudelberg alias Philippe participa à la création du maquis dit du "Quartier", affilié aux FTP entre Montjoie et Gouttières, près de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme), au nord ouest du département.
Il fut nommé commissaire aux effectifs (CE) et détenait le grade fictif de Lieutenant de ce qu’il dénommait la 1102ème Compagnie.
Dans cet ancien bastion ouvrier et socialiste, des volontaires de diverses origines, issus principalement des houillères et farouchement antifascistes, rejoignirent le maquis qui reçut le soutien du maire socialiste de Montaigut-en-Combraille, le docteur Michel. Plusieurs étudiants juifs étrangers, même un déserteur allemand, réfugiés dans la cité minière de Montjoie, rejoignirent le groupe et formèrent un détachement de la MOI sous les ordres de Philippe.
Selon ce dernier, ces chevilles ouvrières constituèrent l’ossature de la 1101ème Compagnie du 103ème bataillon.
En août, le maquis reçut l’ordre d’investir Clermont-Ferrand et les hommes furent stationnés à Gerzat.

Initialement, comme la liste des membres de la compagnie, établie sans doute fin 1944, l’atteste, il s’agissait de la 1102é compagnie ; mais celle-ci n’a pas été homologuée. On ignore même si une demande a été faite en ce sens, si bien que la quasi unanimité des 98 hommes présents sur cette liste n’a pas de dossier de Résistant et ne figure pas sur les listes de résistants homologués chez les FTP.
Paul Roche alias Commandant André, ancien chef civil de la Zone MUR 13, dans une correspondance de 1992 sollicitait Adolphe Noudelberg à la demande du liquidateur national des mouvements OS-FN-FTP des précisions sur un nommé Léonid Kondakov, citoyen Russe lequel aurait eu une activité résistante dans le Puy-de-Dôme. Il indique notamment "Son unité FTP aurait été la 1101-1102e Compagnie ce qui pourrait être la Compagnie de Saint-Eloy, que tu avais créée, dans sa dénomination première. Cette dénomination fut modifiée lors du dépôt des Ordres de Bataille et incluse dans le 102è Bataillon (camp Gabriel Péri)."

Veuf depuis 1954, il habitait alors 184 rue du Faubourg-Saint-Antoine à Paris. Il vécut jusqu’à sa mort en région parisienne.

Il vint régulièrement et jusqu’au bout rendre hommage à ses camarades du camp Nestor-Perret et de l’Amicale Zone 13. Il était le dernier survivant du camp.
Depuis son décès, son nom figure sur la stèle du maquis Nestor-Perret à Saint-Julien-la-Geneste (Puy-de-Dôme).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243793, notice NOUDELBERG Adolphe alias Philippe dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 14 novembre 2021, dernière modification le 16 novembre 2021.

Par Eric Panthou

Portrait d’Adolphe Noudelberg à la Libération

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 44769, dossier Résistant pour Adolphe Noudelberg (nc). — Camp Nestor Perret, tableau des effectifs. Blog relatif à la Résistance et Libération en Combrailles Zone 13. — Mail de Pierre Suchet le 19 décembre 1920. — "Journée souvenir pour les anciens de la zone 13", La Montagne, édition Riom, jeudi 6 août 2015. — Adolphe Noudelberg. Site de l’Amicale Zone 13. — État civil Paris.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément