ROWDEN Diana Hope [pseudonyme dans la Résistance : Paulette]

Par Jean-Louis Ponnavoy

Née le 31 janvier 1915 à Londres (Royaume-Uni), exécutée sommairement le 6 juillet 1944 à Natzwiller (Bas-Rhin) ; journaliste ; résistante du SOE.

Diana Rowden était la fille du Major Aldred Clement Rowden et de Christian Maitland-Makgill-Chrichton.
Après la séparation de ses parents dans les années 1920, sa mère partit s’installer sur la Côte-d’Azur avec ses trois enfants, Diana et ses frères Maurice et Kit puis revint en Angleterre. Diana poursuivit sa scolarité à l’internat de la "Manor House School" à Limpsfield, Surrey.
En 1933, elle s’inscrivit à la Sorbonne, à Paris puis trouva un emploi de journaliste. Lorsque la guerre éclata en 1939, elle quitta son emploi et s’inscrivit comme bénévole à la Croix-Rouge française. Au printemps 1940, elle fut affectée au Corps anglo-américain des ambulances.
À Dunkerque, elle ne trouva pas de place sur les bateaux pour rentrer en Angleterre. Elle se cacha chez des amis et restera ainsi en France pendant un an puis réussit à retourner en Angleterre à l’été 1941.
Début septembre, elle s’engagea au Women’s Auxiliary Air Force où elle eut des missions de renseignement. En juillet 1942, après avoir été promue Section Officer, elle fut recrutée par le Special Operations Executive (SOE), section F.
En mars 1943, elle fut envoyée dans le Jura pour une mission unique en France, en tant que courrier du réseau Acrobat de John Starr « Bob » puis du réseau Stockbroker de Harry Rée « César », avec pour nom de guerre "Paulette". Victime de l’infiltration du réseau par l’Abwehr, elle fut arrêtée le 18 novembre et transférée le lendemain à Paris puis internée et torturée à Fresnes. Elle fut déportée depuis Paris le 12 mai 1944 à destination de Karlsruhe (Allemagne) en compagnie de sept autres agents féminins du SOE. Elle fut emprisonnée au secret au titre de "Nacht und Nebel" et transférée à Natzwiller en compagnie de Andrée Borrel, Véra Leigh et de Sonia Olschanezky, pour y être exécutée par une injection de phénol et incinérée dans le four du camp.
Son nom figure sur le Mémorial SOE, Soldats du Commonwealth, à Valençay (Indre) et sur la plaque commémorative des femmes du SOE, à Natzwiller (Bas-Rhin).
Elle fut décorée de la Croix de guerre avec Étoile de Vermeil, de la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur et de l’Ordre de l’Empire Britannique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243864, notice ROWDEN Diana Hope [pseudonyme dans la Résistance : Paulette] par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 22 novembre 2021, dernière modification le 22 novembre 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, SHD, Vincennes, GR 16 P 526143 sans mention d’homologation (nc).— Wikipédia Diana Rowden.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément